MARATHON DE ROME 2014 : VINI, VIDI, VICI

Vos commentaires sur toutes les compétitions de piste et hors stade de l’année.

Modérateur : Groupe des modérateurs

Avatar de l’utilisateur
Goldclimber
Messages : 161
Enregistré le : mer. déc. 08, 2010 10:25 pm

MARATHON DE ROME 2014 : VINI, VIDI, VICI

Messagepar Goldclimber » mar. mars 25, 2014 1:03 pm

AVE à TOUS !!

Marathon de Rome : çà, c'est fait ...

Allez, je me lance...difficile de trouver les mots par lesquels commencer et vous raconter cette merveilleuse aventure qu'est la marathon.

Ce fût une grande première pour moi tout au long du week-end : baptême aérien, baptême marathonien.
Je commence à peine à réaliser et je pense que mes compagnons de préparation et de course doivent probablement ressentir cette même étrange sensation en se disant: "çà y est, on la fait ! Nous sommes entrés dans le groupe des marathoniens !"
Et qu'il fût beau ce premier marathon:
- un belle ville
- un parcours somptueux bien que difficile
Mais surtout
- un groupe fabuleux
- une ambiance à faire rougir les statues romaines
- une préparation qui a porté ses fruits, une seule chose à dire :implore: :implore: merci les coachs !!! :implore: :implore:

Dimanche 06h00 , réveil en douceur. La nuit a été bonne malgré l'excitation grandissante née la veille en fin d'après-midi en préparant le dossard.
Petit check-up de l'équipement et du sac à dos pour vérifier que tout y est même après l'avoir vérifié au moins quatre fois la veille...serait ce çà le stress du marathonien ?

06h30: ouverture du petit-déjeuner, les lommois se retrouvent au compte goutte dans la salle commune. Certains sont déjà en tenue, le maillot de notre club fièrement porté ou dépassant à peine du sweet. Auraient ils dormi avec ? L'ambiance est bonne mais c'est sûr, on sent qu'aujoud'hui il se passe quelque-chose. Les regards sont déjà portés sur la ligne et chacun veille à prendre un petit-déjeuner adéquat.

07h30: le rendez-vous est donné pour le départ vers la marathon et faire la photo de groupe.
La troupe portant haut et fort les couleurs de notre club, tels des légionaires paradant sur le champ de Mars, serpente dans les ruelles de la capitale romaine. Au détour d'une ruelle nous nous retrouvons nez à nez avec le colysée point de départ de la course prévu à 08h50. Pas de réel échauffement, la marche matinale et l'accès aux sas de départ suffisent à eux seuls.
La zone de départ se présentait comme un long corridor dans lequel grouillaient 19 000 compétiteurs jouant des coudes et des épaules qui s'affairaient à trouver leur camion-consigne et l'accès à leur sas de départ. Dans cette meute et foule immense, une seule échapatoire possible: allez vers l'avant vers la ligne de départ. Et nos irrésistibles lommois, telle une formation romaine partant à l'assaut, arrivent à rester compacts. Chaque groupe de course n'a qu'un objectif: se retrouver ensemble sur la ligne. A ce jeu, notre groupe de néophytes se débrouillent plutôt bien. De temps en temps nous croisons le scoach : "Vous avez vu Mélissa ?","Mais où est Mélissa ?" A 20 minutes du départ la "Big Team" est au complet prête à relever le défit (Céline, Violette, Périnne, Emilie, Cyr-David, Cédric, Abdel, Jimmy, Christophe et moi-même). Nous retrouvons dans le sas d'autres lommois : Hugues , Momo, Eric etc...
A quelques minutes du départ l'ambiance est superbe, nous sommes tous aussi motivés les uns comme les autres et ceci malgré des conditions météo épouvantables.La ligne est balayée par le vent et la pluie. Même la technique de résiste pas, coupure d'électricité, l'animateur de course en perd sa voie.
Mais rien n'y fait. Les romains n'en reviennent toujours pas, mais quel est donc ce groupe de gaulois qui trépignent et enflamment l'ambiance malgré les averses orageuses ?

08h50 ou plus, j'avoue ne pas avoir regardé l'heure, les chariots de feu raisonnent sur l'avenue : la pluie cesse, le soleil fait une apparition et le départ est donné sur le pavé romain.
Dans le groupe la tactite élaborée était simple: rester le plus possible ensemble, partir tanquillement sur les premiers kilomètres, tenir notre semi-marathon et à chacun de finir ensuite en fonction de ses ressources, mais surtout FINIR !!! Ne rien lâcher !!

Nous sommes vigilants sur les tous premiers kilomètres : la foule de marathoniens, les pavés glissants, les sacs et plastiques, dont se sont recouverts les coureurs avant la course, entravent la chaussée et rendent les premières foulées délicates. Cette sensation est renforcée par un refroidissement muscilaire suite aux averses. L'objectif est donc simple sur les premiers kilomètres: se placer, ne pas tomber et s'échaufer progressivement pour se mettre en température.

A ce jeu les dix premiers kilomètres passent très bien. Progressivement nous atteignons nos vitesses de croisière. Abel et Céline sont bien en jambe et prennent de l'avance. Nos deux locomotives du groupe de préparation sont en forme. Le reste de l'équipe reste groupé. Nous gérons parfaitement en veillant à rester solidaires : dès qu'un membre du groupe doit se ravitailler ou faire une pause technique, nous levons le pied pour lui permettre de revenir.
Les kilomètres s'enchainent comme les monuments à chaque coin de rue. Le flot interminable de coureurs serpente dans cette capitale historique accompagné d'applaudissements et d'encouragements de chaque côté du parcours. De temps en temps des "Allez Francia" au passage de nos maillots ornés d'une cocarde tricolore se font entendre. Mais que dirent des "Allez Lomme" de nos fervents accompagnants et supporters bravant les conditions.
De temps en temps nous croisons notre scoach national : "Vous avez vu Mélissa ?" quelques photos et le voilà reparti pour le voir réapparaitre deux kilomètres plus loin.
Les sensations sont pour le moment très bonnes. Nous prenons soin de nous hydrater et la route défile.

17ème-18ème kilomètres, second moment très fort après le départ, la préparation paie et nous permet de savourer cet instant magique et inoubliable.
Nous longeons le Tibre, dans quelques mètres la route tourne à gauche pour emprunter un pont au dessus du fleuve romain et nous entraine sur l'avenue face à la Basilique St-Pierre. Nous progressons sur cette avenue bordée de colonnes et nous amène sur la place du même nom. Quelle émotion, un frisson nous étreint de la tête aux pieds. Le son des cloches raisonnent mais est couvert par les cris des spectateurs qui nous encouragent. On voudrait presque lever le pied pour en reprendre encore et encore.
Le petit groupe poursuit son aventure, le premier semi est passé. Les sensations sont toujours bonnes. Cette préparation hivernale a vraiment été bonne. Je ne me suis jamais senti aussi bien à ce stade sur une course. Un coup d'oeil sur la montre au panneau des 21km et nous sommes dans les temps de 02h05, certes un peu en retard mais proches de notre second objectif des 4 heures ceci malgrès les conditions du départ . Le plus important est que nous nous sentons bien et tout laisse à penser que nous allons pourvoir tenir notre premier objectif: finir le marathon.

23ème km, le travail de sape du marathon commence à faire son effet. Je ne vois plus Emilie, mais ce n'est que temporaire.
A l'approche du 25ème km, à la sortie d'un secteur pavé (on se croirait sur le Paris-Roubaix) ce que je redoutais arrive. Une douleur arrive au mollet droit, à l'endroit exacte de la blessure du semi de Marchiennes. Après cette blessure et une période d'arrêt juste avant le début de la préparation, je m'étais demandé tout au long de cette dernière si celui-ci allait tenir. En ménageant un peu les phases d'actif et en reprenant progressivement, la préparation était passée correctement. Et là au 25ème, je me retrouve face à un choix corneillien. Je me sentais encore très bien. Devais je rester avec le groupe, faire abstraction du point dans le mollet et tenir l'allure en espérant que cela tienne et en prenant le risque que cela lâche complètement ? Ou devais je assurer l'objectif premier de finir ce marathon ?
A l'approche du ravitaillement je prends à contre-coeur la décision de laisser mes partenaires et je lève le pied. Je préviens Cédric qui remontera l'info au reste du groupe. J'apprendrai par la suite qu'il rencontrera lui aussi juste un peu plus loin des soucis au niveau de la cuisse.
Me voilà seul sur la course...avec toutes les scénarii qui défilent dans la tête.

Je gère ma course jusqu'au 32ème, même le long et gros faux-plat du 29ème passe. Je fais la connaissance d'un marathonien normand (Rouen) avec lequel nous discutons jusqu'au 30ème kilomètre. Quel magie ce marathon ! 30 kilomètres et on fait la causette avec quelqu'un qu'on ne connait pas. On échange sur nos sensations sur nos expériences de course: pour moi c'était rapide étant donné que c'était le premier, contrairement à mon partenaire du moment qui faisait son douzième marathon. Mais pour lui aujourd'hui, la forme n'était pas là; terrassé par des crampes. Comme quoi un marathon reste unique ! Au ravitaillement il s'arrête pour souffler, va t'il repartir ? Je ne le saurai pas. Je continue ma course en me disant fier intérieurement que j'ai passé les 30km. Mais où est donc ce mur dont tout le monde parle ?
Comme un scoach cherchant sa Mélissa, je cherchais le mur en espérant cependant, contrairement à Jef, ne pas le trouver.
Emilie, toute pétillante, revient sur moi. On discute quelques secondes lui expliquant la situation et je la laisse partir, restant sur ma décision initiale d'assurer jusqu'à la fin. Ceci après la course s'avèra avoir été la bonne décision.

32ème km, que se passe t'il ? Quelle est cette étrange sensation ? Les voyants s'allument, les muscles deviennent plus raides, la foulée moins fluide. J'ai trouvé le mur. Le corps veut s'arrêter, le cerveau veut dire stop. Et quand on dit que la fin d'un marathon se joue au mental: et bien c'est vrai !!
Il ne reste que 10 km, 10 malheureux kilomètres, un petit "Quand Lomme court". C'est à ce moment que tous les mots de nos supporters restés à Lomme, vous qui nous avez encouragé pendant la préparation, prennent toute leur importance. Je me repasse en tête ces commentaires laissés sur le forum et lus la veille au soir sur mon téléphone. Je pense à l'appel téléphonique de mes enfants la veille au soir qui attendent de voir la médaille. Je pense à mon ami Olivier qui m'a souvent accompagné et encouragé sur les courses. Bref tout est bon à prendre pour ne penser qu'à une chose : oublier la douleur et finir le Marathon avec un grand "M".

Les kilomètres s'égrainent doucement contrastant avec l'euphorie du premier semi où ces derniers s'enchainaient tout naturellement. Le combat dans l'arène avec soi-même commence. Je m'imagine Abed s'écriant : "On ne lâche rien !"
J'arrive sur la Piazza Navona visitée la veille. Notre accompagnateur d'"Endurance shop" me repère. Car à ce moment de la course les mètres défilent mais je ne vois plus rien. Il m'accompagne sur une centaine de mètres et me demande comment çà va ? Je lui réponds: "C'est dur !" Il me dit : "C'est dur pour tout le monde. Tu n'es pas encore blanc, tu as des couleurs. Tu en as encore sous le pied."
Les derniers kilos sont difficiles, aux 38 et 39 ème kms deux longues lignes droites pavées avec en point de mire un obélisque qui semble ne pas se rapprocher et tout çà en faut plat montant. Je vois encore le scoach la veille dire "Ici c'est la place d'Espagne. Vous voyez les escaliers sur la gauche et bien vous êtes au 39ème et vous serez sur la fin". La fin, plus que cette idée en tête finir !
Le 40ème km arrive avec le dernier ravitaillement. je ne m'y attarde pas, à peine un verre d'eau pour me raffraichir. De toute manière c'est la fin !
Les ruelles se transforment en avenue, la foule s'intensifie. Des gradins sur les côtés s'exclament au passage des courreurs. On semble retrouver des forces et on jette ces dernières dans la bataille ! L'arche est en point de mire, plus que quelques mètres, c'est la igne !! Je lève les bras au passage de cette dernière en pensant à mes enfants : Papa va ramener la médaille ! Une émotion intense au passage de la ligne et au moment où on vous passe la médaille du finisher autours du cou .

On la fait !! On a fini le Marathon . VINI VIDI VICI !!
Il n'y a pas de chemin trop long, il n'y a pas de sommet trop haut, Il n'y a que des rêves à réaliser.

Avatar de l’utilisateur
stetsenko cécile
Messages : 536
Enregistré le : ven. nov. 07, 2008 10:20 pm

Re: MARATHON DE ROME 2014 : VINI, VIDI, VICI

Messagepar stetsenko cécile » mar. mars 25, 2014 2:04 pm

Et bien, que d' émotions, on s' y croirait. Merci bcp Phillipe pour ce magnifique récit. Félicitations, tu l'as fait !!!
A bientôt, récupère bien surtout.
Cécile

En vérité, peu importe le chemin, la volonté d'arriver suffit à tout…

Avatar de l’utilisateur
Marion P
Messages : 190
Enregistré le : mer. nov. 14, 2012 11:23 pm

Re: MARATHON DE ROME 2014 : VINI, VIDI, VICI

Messagepar Marion P » mar. mars 25, 2014 2:31 pm

Quel récit! j'ai vu vos efforts, mais jamais je n'avais imaginé qu'une telle lutte intérieure vous agitait!
Bravo! Vous m'avez tous épatés ce weekend, être allé comme ça au bout de vous mêmes..
Braviiii!!!! :implore:

Avatar de l’utilisateur
postman
Messages : 31
Enregistré le : lun. déc. 17, 2012 12:17 am

Re: MARATHON DE ROME 2014 : VINI, VIDI, VICI

Messagepar postman » mar. mars 25, 2014 6:17 pm

vene, vidi vici
ca y est, je l' ai fait. Mon premier marathon est derriere moi. Ouahh quelle emotion , quel bonheur , quelle sensation et surtout quel Marathon .
Apres des mois de préparation et cette blessure a 3 semaines du départ , j'en ramené pas large vendredi matin au bus .Mais l'ambiance du groupe et la BIG TEAM au complet me fit oublier mes soucis.
Voyage impeccable ,arrivé a Rome la ville a l'histoire millenaire et a ces monuments grandioses.
Le samedi c journée off, visite a grand pas du colliseum,du pantheon, fontaine de trévi ..... dégustation de pate, pizza et surtout de la glace hummmmmm un régale: entrave a la prépa mais c est si bon lolll
dimanche matin réveil difficile malgrè une nuit assez correct (stress, ronflement d'Eric lol..) , passage aux toilettes a de nombreuses reprises hihiihihii.
Aprés un bon déjeuner nous voila parti pour le fameux depart , le temps est maussade ,risque de pluie imminante.
Le groupe voit le Colliseum et cette foule immense qui y converge , déja un arret stress pipi puis recherche du camion consigne ( une galere pour la big team), tout le monde se perd de vu mais par miracle une bonne 20ene de Lommois se retrouve ensemble dans le meme sas de départ.
le décompte commence,puis une pluie battante s"abbat sur nous , tout le monde a le visage des mauvais jours autour de moi sauf pour les lommois ( la bonne prépa y est pour qque chose) on commence a chanté a danser , la bonne ambiance est parmis nous. Le scoach avec sont expression qui restera "vous n'avez pas vu Melissa" ;Spéciale dédicace a Papa dit le vieux prénommé Abdel pour sa chemise lol.

DEPART:Par miracle le soleil revient a quelqques minutes du départ, serai ce un signe .La BIG TEAM ( Abdel, Céline Sir David Philippe Jimmy Christophe Emilie) prend le départ dans la joie et la bonne humeur ; pour ma part les sensations sont la , aucune douleur sur ces premiers mètres .
une foule immense , c génial, j'en ai plein les mirettes mais je me reconcentre rapidement ,les premiers kilo se passent sans aucun probleme , le groupe se cinde en 2 , Abdel et Céline partent devant le reste de la big team ensemble.

KM 5 AU KM21: ce premier semi se passe sans aucun soucis, le moral est bon , le beau temps est revenu , seul un arret pour Emilie (pause pipi) que j'ai attendu me rappelera plus tard que l'effort fourni pour la ramener me coutera cher
.
KM 22 km 30: je continue a prendre mes gels et surtout le fameux sporteine,les ravitaux ainsi que la boisson essentiel car ce que je penser arriva , la blessure du semi de fleurbaix refis son apparition. Une douleur dans la cuisse gauche .
a ce moment la nous sommes au 27 eme kilo, on a deja perdu emilie et philippe au 25eme, je me laisse decrocher de Cristophe , S ir David et Jimmy mais les gardent respectivement en vue 100 m devant.

KM30 AU KM35: la douleur me prend aux ischio , du beton vous avez dit du beton c ce que je retient de mes jambes.Le rythme baisse petit a petit mais je recupere Sir David au 35 eme qui prend le temps de se ravitailler; pour ma part je continue, si j'arrete je ne pourrai pas reprendre.

KM36 AU KM 42 :mes jambes me fond de plus en plus mal , la fatigue est la , mon chrono passe de 6min au kilo a 7 puis 7.20 en moins d'un kilometre (on est au 37 eme kilomètre) mais a ce moment la on me tape sur l'epaule .Je me retourne c Sir David qui est revenu sur moi , il m'encourage et me pousse a continuer.Les dernieres kilometres me semblent interminables et la pluie est de retour .
au 40EME on est rattrapé par Emilie qui nous demande de la suivre mais c impossible pour moi (chapeau bas Emilie) le dernier se fait dans la douleur la plus extreme pour moi et l'arche de l'arrivée en vu me donne du baume au coeur et c dans les bras de Sir David mon compagnon d'infortune que je passe cette ligne avec un chrono officiel de 4h26s18.
La medaille autour du cou nous fait coulé une larme de joie et surtout la fierté d'avoir réussi ce challenge pour ma part.

Mes remerciement vont aux coachs, a cet grand FAMILLE du hors stade, a cet ambiance formidable dans les bons moments ainsi que dans les mauvais,a cet esprit, et a la BIIIIIIIIIIIIIG TEAMMMMMMM

PUTAIN JE VOUS AIME LES GARS

a bientot pour de futur aventure

Avatar de l’utilisateur
stephen H
Messages : 639
Enregistré le : jeu. oct. 04, 2007 1:59 pm

Re: MARATHON DE ROME 2014 : VINI, VIDI, VICI

Messagepar stephen H » mar. mars 25, 2014 6:39 pm

Una bella maratona !!

Après une préparation soignée (malgré une semaine de relâche aux sport d’hiver), en route pour Rome pour mon 8e défi marathonien. Comme d’habitude, la pression est montée crescendo depuis quelques jours mais le fait de retrouver le groupe et de partager nos doutes, nos expériences, nos récits m’aident canaliser le stress.
La première journée est fatigante : réveil à 4h30, long voyage, récupération des dossards et restaurant italien au programme. Après une bonne nuit de repos, je me greffe à un petit groupe de touristes (Abed, Gervaise, Christine, Brigitte et Jimmy) et nous avons pour objectif raisonnable de profiter du soleil et de la douceur Italienne pour découvrir quelques unes des attractions majeures Rome, tout en évitant de trop marcher la veille de la course.
Rome est une ville riche en choses à voir et à manger et c’est difficile de se retenir. Je pense que les photos partagées sur le forum illustreront bien mieux que des mots les charmes de la ville. On a quand même craqué pour la fameuse glace italienne qui est vraiment exceptionnelle.

Dernier repas de pâtes, petite nuit agitée et …. le grand jour est arrivé ! On se retrouve à 6h30 au self pour manger nos carbocakes. L’ambiance est bonne mais les visages fermés révèlent la concentration de chacun. Une heure plus tard on se retrouve tous habillés sur le perron de l’hôtel pour la traditionnelle photo de groupe. Au moment de partir pour le Colisée, je m’aperçois que j’ai oublié mes gels dans la chambre (grande palla !) :casser:

Pour atteindre le départ c’est la cohue, mais après ce dernier petit coup de stress, me voilà dans le sas à coté de Abed qui revient de blessure et qui a choisi de partir avec moi. Il pleut à verse et on grelotte sous nos sacs poubelles. Cinque… quattro …. tre ….. due … uno …. BOUM c’est parti

Premier kilo un peu laborieux, on slalome entre les coureurs plus lents et les flaques d’eau gigantesques laissées sur le pavé par l’orage.
A partir du 2e km on s’étalonne sur notre allure 4’30-35 et on déroule. Je prends les temps de passage car la batterie du chrono d’Abed l’a lâché peu avant le départ.
Au 17e, l’arrivée au Vatican est effectivement impressionnante et on y entend nos premiers supporters donner de la voix. Merci à vous les filles (et le mari de Céline) pour votre soutien actif tout au long de la route. :clap: :clap: :clap:

Au passage du semi, les jambes tiraillent un peu, mais rien de plus sérieux que ce que j’ai déjà connu ; par contre j’ai un petit coup de mou avant le passage au 25e. C’est justement à ce moment là qu’on se prend une nouvelle averse orageuse et que des trombes d’eau s’abattent sur nous. Après cette douche je me sens un peu mieux.

A mes cotés Abed n’est plus un simple partenaire, il est devenu mon lièvre et mon coach perso : « on ne lâche rien – plus que 5km avant d’attaquer la guerre ! ».
Au 28e la guerre a déjà commencé pour moi car ça devient sérieusement dur. Abed redouble d’encouragements et de consignes. Les km défilent et on reste dans l’allure mais c’est de plus en plus compliqué de faire abstraction de la difficulté. Abed est formidable : « Allez mon pote on est fort, on est léger, on ne lâche rien !».

On arrive au 35e : « c’est maintenant que ça se joue – on ne ralentit pas et on ne lâche pas maintenant !! » Il a raison, on est toujours dans l’allure et on double des coureurs qui sont à l’agonie. Il faut tenir.
Au 38e Abed doit sentir que l’allure faiblit car il passe devant moi et me dit de m’accrocher. Je regarde fixement son dos et ne pense plus à rien. Il m’encourage comme jamais.
Au dernier rond point (avant le 40e) on aperçoit les ballons meneurs d’allure qui nous suivent : « Allez ! Allez ! On ne doit pas se faire rattraper ! Il ne faut pas lâcher ! »

Après la dernière cote, le dernier km. Je regarde ma montre une dernière fois : je vais battre mon record !!!
Abed m’encourage encore. Ca descend et on accélère. Je ne sens plus rien, je donne tout. Dernier virage et j’aperçois l’arche au loin….. Je sens monter un trop plein d’émotion et je craque complètement. J’attrape Abed par le cou : « Merci mon pote ! Merci pour tout … ! » Dernier sprint, je lève les bras et valide mon record. Je suis trop content !
:BO

Après….. j’ai dignement fêté ça avec les autres et j’ai passé une super soirée, ce que le diaporama illustrera probablement mieux qu’un récit. :alcool:

En tout cas, je sors enchanté de ce marathon et je remercie le club, les entraineurs, Abed, les supporteurs très actifs et tous mes amis pour ces bons moments.
Bonne récup’ à tous et en particulier à ceux qui sont allés chercher très loin le courage de continuer (je pense à Eric) :implore:
Modifié en dernier par stephen H le jeu. mars 27, 2014 9:54 am, modifié 1 fois.
Tough times don't last but tough people do. - A.C. Green

Avatar de l’utilisateur
Claire
Messages : 418
Enregistré le : dim. oct. 21, 2007 5:33 pm

Re: MARATHON DE ROME 2014 : VINI, VIDI, VICI

Messagepar Claire » mar. mars 25, 2014 10:37 pm

Ah que c'est beau tous ces récits, toutes ces émotions, tout ce plaisir de se retrouver ensemble pour partager ce qui reste quand même un truc assez unique
COURIR UN MARATHON !
Alors ...
bravo à tous les "petits nouveaux", qui ont réussi - avec courage et brio - à boucler leur baptême sur la distance,
bravo aux nouveaux records en tout genre et à tous les niveaux,
bravo à nos coatches qui réussissent, année après année, à emmener tout notre groupe vers la ligne d'arrivée, sans abandon ni blessure majeure,
bravo à nos supportrices et supporters pour leur présence patiente et enthousiaste ; c'est si bon de vous voir et de vous entendre !

A mon tour pour un petit récit, histoire de vous donner le point de vue de la dernière partie du peloton.
Un beau petit groupe au départ, avec AnneSo, Isabelle, Maxime, Mariame, Christine ... Et Delphine, pas avec nous mais qu'on retrouvera un peu plus tard. Il en manque une, elle se reconnaîtra :wink: . Elle m'a confié une mission importante, que je vais m'efforcer de remplir au mieux ...
Mais faut pas que je m'éparpille : nous sommes donc tranquilles sous la bonne pluie-douche du départ. On a perdu Maxime, mais on va finir par le retrouver. Tranquilles, donc, pour attendre (enfin !) de pouvoir avancer vers les sas et la ligne, qu'on mettra quand même plus de 10 minutes à franchir, tranquilles pour démarrer ...
Les premiers kilos sont magnifiques. ça se passe exactement comme ce que scoatch Jef nous a décrit.
Comme on est partis vraiment dans la fin, on slalome beaucoup entre des coureurs nettement plus lents que nous (si ! si !), et ça se comptera nettement sur le GPS à la fin.
Notre groupe s'étire un peu ... Tout va bien.
J'aperçois le dos de Maxime, qu'il me faut tout de même rappeler à l'ordre de temps en temps, histoire de ne pas le laisser partir trop vite (et donc pas assez loin !). Au 14ème, Christine (en pleine forme ! :clap: ) passe le relais comme prévu à Delphine. Qui nous dépasse quelques centaines de mètres plus loin pour prendre son beau petit rythme et réussir elle aussi un joli retour parmi nous. :clap:
Vers le 17ème - 18ème, un petit coup de moins bien... Mais rien de grave, je reprends l'allure, profite de l'arrivée sur la Place Saint-Pierre (j'ai beau être anti-papiste primaire, faut avouer que ça a de la gueule !). Semi en 2h17. A peu près conforme aux vagues précisions que j'avais. Je me livre à un calcul de tête complexe pour essayer de prévoir mon temps final, en fonction d'un ralentissement probable sur la fin, de la météo, des pavés + ou - glissants, de l'âge du capitaine ... (c'est bien le calcul mental, ça occupe !).
Arrive le ravito du 25ème et qui retrouve-je avec plaisir ? Notre Maxime ! Un peu marqué, un peu moins rapide, un peu inquiet aussi je crois. C'est normal. Arrivé à ce stade, c'est le mental qui doit petit à petit prendre le dessus. Première crise de crampes vers le 27ème. Pffff ça a l'air de vraiment faire mal, je ne l'avais encore jamais vu comme ça. Il arrive au bout de qques secondes à s'étirer et à repartir en marchant ; l'éponge bien froide calme aussi un peu la douleur. On repart, on trotte, on se ravitaille... et on avance. Il me dit ne pas être fait pour les marathons. Du haut de ma longue expérience :vieu: je lui raconte le nombre de fois où je me suis dit "plus jamais ça" ... avant, aussitôt la ligne franchie, de m'interroger sur le prochain défi.
Nouvelle crise de crampes. Je ne résiste pas à prendre quelques photos (il faut des preuves !). Les kilos passent les uns après les autres. Marion nous retrouve aux rendez-vous annoncés, avec détermination et une incroyable énergie. C'est super ! :clap:
Aïe nouvelles crampes. Pas grave, on s'arrête, on marche, on parle, on boit ... et on repart.
Le cap des 40 kms approche. Il me semble encore possible d'arriver un peu avant les 5 heures. Tunnel. On passe le ravito sans s'arrêter ; on accélère, même !!! Incroyable ... Allez, plus que 2kms. Des pavés. La rue tourne. On relance. Km 41. A mon GPS on devrait déjà y être. Allez, plus que 3 tours de stade !!! On entend la ligne avant de la voir. Enfin ! 5h01 et quelques secondes. 43,35 kms. Il l'a fait !
BRAVO MAXIME :clap: :clap: :clap:
Sincèrement, c'était un plaisir de boucler ce marathon magnifique avec toi. Chapeau pour ton courage et ta volonté. :implore:

Vive ce super club qui nous permet de partager de bien beaux moments !
Et rendez vous bientôt :alcool: pour un premier débriefing.

Bises à tous

Claire
Escargote toujours obstinée

Avatar de l’utilisateur
meli
Messages : 134
Enregistré le : lun. mai 09, 2011 11:16 am

Re: MARATHON DE ROME 2014 : VINI, VIDI, VICI

Messagepar meli » mar. mars 25, 2014 10:56 pm

"Vous avez pas vue Mélissa?"
Et oui 30 minutes avant le départ du marathon de Rome, j'ai perdu Jean-François.
Je suis partie déposer mon sac à la consigne côté Femme. On devait se rejoindre à la consigne où Jean-François déposé le sien. Ch'sais pas ce qui s'est passé.
Je croise quelques lommois en route vers le départ. Brigitte reste avec moi à attendre au camion "dossard 2600-3000".
Toute malheureuse, dans mon sac poubelle, sous la pluie et la tempête, j'attends Jean-François. Brigitte me dit" il est 8h45, faut y aller". Je pars, résignée à faire mon marathon sans lui.
Dure d'accéder à notre sas. Du coup, on part en même temps que le sas suivant. Le départ est difficile. Beaucoup de monde. J'ai du mal à rester à 5'20 au kilo. Je dois ralentir, accélérer, zigzaguer pour pouvoir avancer. Je fais ça sur à peu prés 10 kilomètres.
Je croise un groupe au maillot jaune et rouge. Une partie de la big team est là:Philippe, CyrDavid, Cedric, Emilie, Jimmy, Christophe. Ils me disent:"Jean-François te cherche". Oui on s'est perdu :( un peu plus loin, Delphine en supportrice, prête à prendre le relais de Christine, me dit que Jef est loin devant. Cette fois ça y est je ne le reverrai plus.
Du 10é au 15é km, il y a un peu plus d'espace. Je peux enfin prendre un rythme régulier et essayer de rattraper mon retard perdu au début. Je croise Abdel et Céline puis Violette et Perrine. Et toujours cette même phrase "Jean-François te cherche".
Au 15é km, J'ai rattrapé mon retard.Je peux tranquillement me remettre à 5'20 au kilo. Mais finalement, je reste à la même allure. On verra bien ce qui se passe.
Au loin encore un maillot jaune et rouge. Mais sur cette belle avenue qui mène à la basilique St Pierre, c'est le miracle. Ce maillot jaune et rouge, c'est Jean-François. :punk: On passe sur la place St Pierre à deux. Nos supporters Lommois sont là aussi. C'est magique!!
Jef me dit:" t'es en retard!". Non, c'est juste que j'ai franchie la ligne de départ 7 minutes après lui.Je suis même un peu en avance maintenant. Après avoir couru 1km ensemble, il me dit " 4'45...c'est un peu vite non?!?". Oui, il faut que je me calme. Mais j'y arrive pas. Je me sens tellement en forme que j'ai l'impression que si je ralentie, ça va me faire plus de mal que de bien. Pauvre Jef, lui qui pensait faire une course tranquille à 5'20 au kilo.
On avance ensemble. Il s'occupe du ravito tous les 5km et prend de l'eau pour ne pas que je m'arrête. Du coup c'est lui qui ralentie et dois faire un effort pour me rattraper par la suite.
Je suis en forme mais au 20è km ça tire déjà sur les jambes. J'essaye de ne pas y penser. On croise Momo qui à une douleur à la jambe et qui s'est arrêté pour s'étirer. Puis Fred qui aujourd'hui aurait préféré faire un tour à vélo ou un peu de natation.
Au 32èkm, mes jambes se demandent pourquoi je cours si vite et me disent de ralentir. On est encore en 4'45. Je demande à Jef de passer devant en gardant cette allure car je commence à avoir une petite faiblesse.
On croise Eric yéti, Jerôme et à la piazza du navona Fatima."Allez, on y va ensemble. Jusqu'au bout" mais après 1km elle n'est plus là.
40é. Je ne sens plus mes jambes. Jean-François m'encourage, écarte les gens qui pourraient être sur mon passage.
Puis je vois Christine" plus que 500m, ça descend jusqu'à l'arrivée!". Je m'accroche mais "j'en peu pu!!" Jef redouble d'encouragement. Je lutte pour lui.
ça y est je vois le Colisée. J'essaye d'accélérer. Je sens l'émotion qui monte. Et là, cerise sur le gâteau, une main vient se mettre dans la mienne. c'est Fatima!!! Cette battante n'a rien lâché et m'a rattrapé. On fait les dernier 100m main dans la main. Rien que d'y repenser, j'en ai des frissons.
On passe la ligne d'arrivée. Fatima s'écroule pas terre. Je veux faire de même mais mes jambes sont tétanisées. Je m'en fou. Je suis sur un beau petit nuage.
Merci à nos supporters tout le long du parcours. Merci scotch, c'était vraiment un privilège de faire cette course avec toi. Et merci à tout ce groupe exceptionnel, pleins de bonne humeur et d'amour.c'était une joie de passer ces quelques jours avec vous.
Modifié en dernier par meli le jeu. mars 27, 2014 11:08 am, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
MarcTab
Messages : 227
Enregistré le : mar. déc. 03, 2013 10:53 pm

Re: MARATHON DE ROME 2014 : VINI, VIDI, VICI

Messagepar MarcTab » mar. mars 25, 2014 11:46 pm

Whouaah, super vos récits qui nous permettent de vivre cette superbe course. Merci, on s'y croirait vraiment. Quel WE vous avez vécu, ça donne vraiment envie de rechausser les runnings et de s'entrainer pour revivre ça même s'il y'a des moments de galère dans un marathon (parfois non :wink: si si ).
En tous cas ce fut vraiment une course d'équipe inoubliable. Chapeau bas à tous.... :clap: :clap: :clap:

PS: rassuré d'avoir retrouvé Mélissa :D

Avatar de l’utilisateur
stephen H
Messages : 639
Enregistré le : jeu. oct. 04, 2007 1:59 pm

Re: MARATHON DE ROME 2014 : VINI, VIDI, VICI

Messagepar stephen H » mer. mars 26, 2014 10:54 am

Pour Abed qui souhaitait les temps de passage de notre course :

https://drive.google.com/file/d/0ByCi57 ... sp=sharing

ou

http://connect.garmin.com/activity/467179897
Tough times don't last but tough people do. - A.C. Green

Avatar de l’utilisateur
delphine
Messages : 143
Enregistré le : lun. mai 29, 2006 11:46 am

Re: MARATHON DE ROME 2014 : VINI, VIDI, VICI

Messagepar delphine » mer. mars 26, 2014 11:10 am

Que dire?

Vos récits sont vraiment extraordinaires.
C'est très émouvant de vous lire surtout que dans tous les récits on parle de course en équipe et de l'importance des autres pour réussir.

Ce genre de défi donne vraiment en vie même si je pense que 42 kms sur du bitûme ce n'est pas trop fait pour moi.

Dédicaces spéciales: Mélissa tu es une championne! Je suis contente que Jeff et toi vous vous êtes retrouvés.
Anne-So rien ne t'arrête!
Claire tu es une marraine d'exception!
Maxime vraiment un très grand bravo!
Frédé, j'espère que tu as repris des couleurs! Pour être un peu moins blanc, tu peux courir avec moi aux Balcons d'Azur, tu auras le temps de bronzer!

Bises
Delphine

Avatar de l’utilisateur
PatriciaD
Messages : 646
Enregistré le : mar. nov. 03, 2009 10:53 pm

Re: MARATHON DE ROME 2014 : VINI, VIDI, VICI

Messagepar PatriciaD » mer. mars 26, 2014 1:49 pm

Bonjour à toutes et tous,

:clap: à vous, même avec un super entraînement, il faut les faire ces 42km195.
En tout cas, vos messages respirent la super ambiance de ce week end romain.
Maintenant repos pour repartir vers un nouvel objectif
Patricia ASL
Même le dernier d'une course est devant ceux qui ne courent pas !

Avatar de l’utilisateur
eric m
Messages : 382
Enregistré le : jeu. oct. 11, 2007 10:29 pm

Re: MARATHON DE ROME 2014 : VINI, VIDI, VICI

Messagepar eric m » mer. mars 26, 2014 6:15 pm

à mon tour de vous raconter mon ROME 2014
depuis le temps qu'on en parlait et toute cette préparation.... :casser: la fatigue , des douleurs un peu partout, je ne savait plus vraiment si ça allait.
Bref, après un voyage tranquille, une installation a l'hotel , nous voila dans le métro direction village marathon pour prendre les dossards.quelques chansons du carnaval pour montrer aux Romains que les Lommois sont là. :BO puis soirée resto : plat de pâtes bien entendu.
lendemain journée visite (tranquille) , repérage du parcours et coucher de bonne heure.
Enfin nous voici au départ; un peu de stress avec le groupe qui se disloque au moment du dépôt des consignes , mais bien vite on se retrouve tous dans le sas (sauf Mélissa, mais ça vous le savez déjà). Sous la pluie et sous l’œil bienveillant de CESAR himself , les fauves sont lâchés. faux départ pour Françoise qui s'allonge devant la ligne mais promptement relevée elle repart aussi vite.
Slalom des premiers kilo (classique) avec Fred, Magid, Jérôme et Momo qui lâchera bien trop tôt; puis Fred et moi ralentissons un peu (4'50 ) et laissons Magid et Jérôme partir. Tout se passe bien , bonne cadence mais pas de retour du reste du groupe des 3h30; nous continuons mais Fred est moins bien et commence à faire le yoyo, je reste avec lui jusqu'au 15eme mais je ne reverrai plus ensuite , par contre vers le 18 eme je rattrape Magid et Jérôme que je dépose sans le vouloir , mais j'ai de bonnes jambes et je reste sur le même rythme.Toujours sur mon nuage (ça aide pour aller plus vite) Je vois défiler les kilos et comme à Dublin pas de souvenirs de difficultés particulières ; je suis surpris d'entendre mon nom derrière : c'est Hugues qui m’interviewe . nous sommes déjà au 28 eme; 2 kilos ensemble et il repart non sans m'avoir donner des conseils de prudence (Merci Président). du fait jusqu'au 36 tout va bien et je retrouve ma Christine comme prévu : chaud au cœur et bon pour le moral car les jambes commencent à être trop lourdes et les chronos au dessus des 5 mn; mais je m'arrache car pour moi après une année vide et une reprise de 4 mois , c'est déjà gagné je reprends Maxence en vue de la ligne :c'est fini 3 h 31 mn 43 objectif atteint
Veni Vidi (enfin pas trop pendant la course) Vici
les jambes raides je reste un moment assis et Maxence me relève (encore un scotch sympa).
Un GRAND MERCI à nos entraineurs pour la préparation et encore félicitations à tous d'etre aller au bout.
Bravo à nos supportrices qui ont bravé des conditions météo pas très favorables pour nous aider dans la quête du graal .
vivement le prochain....mais avec Christine cette fois.

Avatar de l’utilisateur
Maxime P
Messages : 64
Enregistré le : mar. nov. 13, 2012 2:13 pm

Re: MARATHON DE ROME 2014 : VINI, VIDI, VICI

Messagepar Maxime P » mer. mars 26, 2014 9:50 pm

Bon ben ça, c'est fait...19000 fous avec l'envie de voir ce fameux Colisée...une histoire de dépassement de soi et de volonté.
Pas simple d'exprimer les émotions qui te traversent, dur de faire partager ce moment.
Mon ambition sur ce marathon était d'oublier ma première expérience du marathon du médoc en 2011 (pas bien préparé, dur, trop dur et en plus de 6h...)
Rome....On va commencer par la galère de la consigne et je perds avant même le départ mes partenaires de courses (Claire, Anne so, Christine, Isa, Mariame..) et la les boules car j'ai vraiment pas envie de le faire tout seul. Car le HS m'a demontré que la course est aussi un sport d'équipe et la, j'ai besoin de l'équipe...
Au final on se retrouve et on a la chance de partager la 1er douche "d'avant départ" pour la mise en forme. Et oui, moi j'ai pas le sac plastic de ceux qui savent...heureusement Anne So me sauve avec un magnifique t-shirt pour me réchauffer avec le départ.
Et c'est parti, les kilo s'enchainent...bien ...trop bien et trop vite... Car malgré les remontrances de Claire je reste trop vite sur le rythme et je vais le payer...
Après le 2ème ravito le groupe commence à éclater et le rythme continue, Anne So s'envole, je reste avec le reste du groupe
Au 14eme, Christine nous abandonne et Delphine se lance pour rattraper la fusée AnneSo.
Vers le 18eme, St. Pierre ou moment magique de ce marathon
Notre groupe éclate, je reste avec Isa, Claire et Mariame un peu en retrait et on commence à sentir les kilos. Les supportrices de Lomme font un travail fanstastique et le moral es toujours la !
On passe le semi.
Je commence à ralentir un peu et Isa me lâche. Mariame veut me raccrocher a son passage mais le jus est dur à trouver et encore beaucoup de kilo à faire...
Seul...c'est dur
Enfin j'entends Claire revenant comme une fusée qui me reprend au passage et on repart sur un rythme correct.
Le 27 marquera le début des crampes... Les 2 quadri en même temps et obliger de s'arrêter. A partir de la, obligation de s'arrêter tout les 4/5 kilos pour détendre les muscles, mais on continue...
Claire me porte et supporte à chaque foulée, Marion apparaît régulièrement, le Fan team lommois également et il y a Rome...
Le haut du parcours n'est pas fantastique jusque l'arrivée de nouveau dans la vieille ville, on continue, les crampes sont toujours la...
On approche, encore quelques kilo, Claire continue de me pousser pour descendre en dessous des 5h. Marion est encore la (je sais pas comment elle a fait...) elle court même un peu avec nous, 40 eme....on double beaucoup de gens, 41eme le tunnel, dernier ravito, on le zappe et c'est le début de la descente vers l'arrivée. On essaye d'accélérer avec cette sensation d'avancer sans sentir ses jambes, les crampes sont la mais il reste tellement peu à faire. Les derniers 200m sont d'une incroyable intensité et ... Voilà c'est fini... L'aventure est terminée et les émotions sont juste énormes !
5h01... Sûrement un peu trop long mais quelle aventure.
Merci à mes équipières d'allure avec qui c'est toujours un plaisir de courrir
Merci tout particulier à Claire sans qui je n'aurai sûrement pas fini
Merci à nos supportrices qui on fait un boulot fantastique et surtout au bon moment...
Et merci à Marion qui a supporté ma préparation et qui a quadrillé Rome pendant 5h...
En venant au HS je cherchais quelques conseils pour un sport individuel et j'ai trouve un groupe top pratiquant un sport d'équipe.
Vivement le prochain !
Maxime
:BO

Avatar de l’utilisateur
Arno
Messages : 897
Enregistré le : mer. févr. 18, 2009 6:39 pm
Localisation : Lambersart

Re: MARATHON DE ROME 2014 : VINI, VIDI, VICI

Messagepar Arno » jeu. mars 27, 2014 9:28 am

Que d'émotions transpirants de ces récits
On a l'impression de courir avec vous ( enfin en tant que membres éminents de l'ASLR.... :vieu: un peu plus loin derrière !!....), de voir défiler les rues de Rome et ressentir les joies , les doutes et les douleurs.
Bravo à vous , c'est super :clap: :clap: :implore: :implore:

Quant à Philippe, après la casquette de D.J. , il pourra faire grand reporter à la voix du nord !!

Reposez vous bien :biére: , et venez nous montrer vos trophées sur la piste :1st:
C.C.

Avatar de l’utilisateur
Gery
Messages : 280
Enregistré le : sam. avr. 24, 2010 8:42 am

Re: MARATHON DE ROME 2014 : VINI, VIDI, VICI

Messagepar Gery » jeu. mars 27, 2014 4:22 pm

Je suis parce que nous sommes

Avatar de l’utilisateur
miloudi abed
Messages : 292
Enregistré le : mar. nov. 14, 2006 10:53 pm

Re: MARATHON DE ROME 2014 : VINI, VIDI, VICI

Messagepar miloudi abed » jeu. mars 27, 2014 7:42 pm

Viva mon 16e Marathon ! :D
Bravo pour ces récits émouvants :clap:
"Le marathon c'est vraiment une aventure humaine"

Le fait d’être sur la ligne de départ est déjà une victoire pour moi :wink: j'ai commencé le plan l'entrainement début janvier mais les sorties longues me faisaient peur :oops: mais non heureusement cela s'est bien passé
Le 21 Mars est vite arrivé : 5h45 départ en Bus de Lomme puis avion et nous voici à Rome ! :D :D , réception des chambres (très belles d’ailleurs ) ensuite départ vers le village Marathon avec notre guide Mireille :humour: remise du fameux dossard mais pour certains grande surprise de se retrouver en SAS élite ! oui j'ai bien dit en sas élite ! :lol: :implore: Ah ! l'informatique :roll:

Vendredi repas en groupe sympa samedi soir pasta party simple et trèèèès rapide (mais pas si vite ! :conduit: )
Dimanche matin photo de groupe et direction le Colisée , météo Romaine ( pluie soutenue qui nous a refroidi )
Première épreuve, mettre le sac à la consigne :shock:

Je me retrouve seul dans mon sas , j’allume ma montre Garmin et je vois affiché " Batterie faible" :casser: , je rappuis sur Enter et l’écran s’éteint ! :evil:
A ce moment là je vois Stephen arriver,tiens un signe du destin , je décide de l'accompagner au vue de mes capacités actuelles et ainsi l'aider à atteindre son objectif.
Le Top départ est lancé , 1er Kilo dans la foule en 5 mn , ensuite nous avons été régulier en 4,30/4,32 , je me sentait serein et content de pouvoir courir sans douleur.
Le fait d'aider Stephen m'a donné une motivation incroyable, j’étais heureux , j'avais l'impression de gommer mes moments difficiles :)
A partir du 25eme cela à été un peu plus difficile pour Stephen mais il est resté concentré et n'a rien lâché :punk: nous avons toujours doublé, preuve que nous n'avons pas faibli, c’était super pour le mental !!!
Merci aux accompagnateurs et accompagnatrices pour les encouragements :clap: :clap: :clap:

Au 40eme nous avons eu une frayeur , quoi ! le ballon des 3h15 ? :o :shock: NON NON il ne doit pas nous rattraper !Stephen s'accroche le 41e est passé :mrgreen:
Aller un dernier effort cela descend, l'arche est devant nous, nous accélérons
Record Battu Pour Stephen !! :1st: Beaucoup de joie pour tout les Deux

essai d'un lien direct pour visionner notre arrivée ( laissez passer la pub qui est malheureusement obligatoire : http://www.newbalance.it/mysports?r=1068&e=RM14M&n=MILOUDI+ABED&nt_f=03:13:13&ct_f=12:10:23&nt_s2=00:22:53&ct_s2=09:20:03&nt_s3=00:45:13&ct_s3=09:42:23&nt_s4=01:08:07&ct_s4=10:05:17&nt_s5=01:35:56&ct_s5=10:33:06&nt_s6=01:53:40&ct_s6=10:50:50&nt_s7=02:16:32&ct_s7=11:13:42&nt_s8=02:39:32&ct_s8=11:36:42&nt_s9=03:03:04&ct_s9=12:00:14&k=25kpanorama&l=EN&gotostream=false

Le dimanche soir nous a permis de décompresser tous ensemble dans un bon restaurant ( avec le vin à volonté ! :alcool: )
Le bilan de ce voyage est très positif , les monuments sont superbes, l'ambiance du groupe extra , est Gervaise à pu manger de la glace :mrgreen:

:BO :BO

Avatar de l’utilisateur
anne-so
Messages : 310
Enregistré le : sam. oct. 20, 2007 6:28 pm
Localisation : lille
Contact :

Re: MARATHON DE ROME 2014 : VINI, VIDI, VICI

Messagepar anne-so » jeu. mars 27, 2014 8:42 pm

A mon tour de raconter ce fameux marathon !
Depuis le temps qu'on en parlait, il a fini par arriver.
Trajet sans soucis jusque Rome malgré une heure de départ bien matinale, tout le monde était présent.
Au retrait des dossards, je me retrouve avec un dossard masculin...???pourtant Anne-Sophie même en italien ça m'a l'air de sonner féminin...mais bon, c'est vite modifié, pas de soucis.
Dimanche matin, on est tous un peu tendus mais on a le sourire. Première épreuve : trouver le bon camion pour mettre le sac en consigne et se retrouver...c'est pas gagné :cjaune: .... On perd Maxime un bon moment mais finalement on est tous ensemble à nouveau : Claire, Maxime, Christine, Isabelle, Mariamme et moi, une bonne petite équipe.... Par contre, impossible d'accéder pour le moment au sas de départ...on est bloqué....on n'entend même pas le départ de la course mais par contre, on se prend une bonne drache sur la tête avant de pouvoir commencer à courir...c'est pas top mais le soleil italien revient vite nous éclairer pour démarrer...
J'avoue que je n'en mène pas large sur la ligne de départ car quelques douleurs à la cuisse reviennent régulièrement ces derniers temps... Pourvu qu'elles ne se réveillent pas trop vite.
Départ tous ensemble plus de 10 minutes après le départ des premiers, en faisant attention de ne pas tomber sur les sacs poubelle et autres objets jetés en route...Les premiers kilo se font au rythme prévu mais il nous faut doubler pas de monde vu que nous sommes quasiment partis les derniers. On croise nos supportrices préférées :clap: :clap: assez rapidement et cela fait bien plaisir. Arrêt à chaque ravito pour boire un coup et faire quelques pas en marchant : j'avoue que ça fait une petite pause tous les 5km et ça rythme l'avancée de la course ça me convient bien. Tout le monde tient l'allure tranquillement et avec le sourire. De temps en temps, on rappelle Maxime, on profite de la ville et de ses monuments, bref, le temps passe très vite... et on avance ainsi ensemble jusqu'au 14ème km.
Là, certains doivent passer aux toilettes, Delphine et Christine doivent changer de dossard... Pour ma part, aucune envie de m'arrêter, j'ai trouvé le rythme que je m'étais fixé, je veux le garder le plus longtemps possible... Je continue la route toute seule mais suis vite rattrapée au 16ème kilo par Delphine ! On fera un petit bout de route ensemble : place Saint Pierre, croisement des supportrices (encore, super !) puis jusqu'au semi...On a deux minutes d'avance par rapport au temps de 4h30 que je me suis fixée, l'allure est régulière c'est impec. Mais bon, Delphine va un peu plus vite que moi et j'ai peur de ne pas tenir jusqu'au bout à cette allure.. Je la laisse donc partir, rendez vous pris à l'arrivée... J'avoue que cette course pas si plate passe plutôt bien pour moi : ce n'est pas monotone du tout, on peut relancer dans les descentes et du coup, je ne vois pas les kilomètres passer. Arrivée assez "facilement" au 32ème...y en a plus que 10 ! Toujours les supportrices... je ne pensais pas les voir aussi souvent, c'est trop bien ! Petit coup de mou entre le 37ème et le 39ème ... En fait je n'ai pas vu le panneau 38 et du coup je stresse un peu sur mon chrono... J'ai quand même pas pu perdre 2minutes en 1kilomètre tout de même... :casser: J'essaye de me repérer à mon GPS mais comme la distance n'est pas bonne à cause des nombreux zig zag du départ, et que je ne suis plus très au clair dans ma petite tête je ne sais plus où j'en suis...Ouf ! c'est le 39ème qui apparait et les filles sont encore là pour me relancer... par contre, j'ai loupé Marion (désolée) absorbée par la musique que j'ai branchée vers le 32ème histoire de me booster un peu. La dernière montée me casse les jambes sous ce tunnel...je décide de marcher qq mètres avant d'atteindre le 41ème kilo... je suis dans les temps ça devrait marcher...Sitôt le panneau passé, ça descend ! le rêve ! y a plus qu'à courir jusqu'à l'arche...Dernier kilo en 5'45 à ma montre...Vive les descentes !
Temps à l'arrivée : 4h28' et 39s... Contente de cette course et de l'avoir partagée avec le petit groupe d'entrainement habituel. Il en manquait certains mais la prochaine fois, on y sera tous c'est sûr !
Merci pour les encouragements tout au long du parcours, c'était génial !
Merci aussi aux coachs ! l'entrainement a porté ses fruits ! Vous êtes là pour chacun d'entre nous et c'est super. :D
Au final, on a passé un super week end ensemble :biére: ! On va où la prochaine fois ?????

Avatar de l’utilisateur
JFD
Messages : 2677
Enregistré le : mer. oct. 03, 2007 4:37 pm

Re: MARATHON DE ROME 2014 : VINI, VIDI, VICI

Messagepar JFD » sam. mars 29, 2014 4:40 pm

Le marathon de Rome etait pour moi un marathon plaisir. Viser la perf a chaque fois est tres éreintant ... cette fois ci je profite de la ville (que je connais deja et qui est extra) et de la joie de partager un bel événement sportif avec le groupe.
Pour courir quand meme utilej ai prevu d accompagner le groupe 3h45.
Ils sont assez nombreux et s ajoutent Fatima et Bruno qu on aura le plaisir de retrouver.

Peu de foncier dans ma prepa orientée 10km.
Mais 5'15/km c'est 1mn de plus que mon allure habituelle... et ca ca destresse un max.

Depart de l'hôtel avec melissa et brigitte... objectif retrouver fatima et bruno. Peine perdue, c'est le binz.
Je perd de vue les filles...et led attendrai vainement dans le sas en entendant derriere moi des Lommois déchaînés (ca c'est loupé).
Une douche et c'est partie.
Je regarde partout : pas de Melissa. Grosse galere pendant des km.
Seul avantage de la situation : je double (a plusieurs reprises) les copains/copines qui entrent tranquillement dans leur course.
5eme km. Je sais tjrs pas si elle est devant ou derriere. Je decide d attendre qq mn... mais rien.
Je repars en me disant qu elle est devant (erreur) et accélère donc l allure.
Vers le 12eme, j entend mon prenom... ce n'est pas la miss mais Fatima accompagnée de son meneur d allure de mari.
Fatima n'est pas au mieux ...zut !
Je reste avec eux jusqu a st pierre. Là, les supportrices m assurent que Melissa n'est pas passée.... alors j'attends !
Y a pire endroit pour un rencard...non.
Je revois passer une nouvelle fois les amis qui passe la au 18eme.
Soudain, mon ange du jour fait son apparition. Elle a le sourire... le duo peut commencer.

Je lui dit qu'elle est a la bourre...elle me dit qu'elle va trop vite. Explication: Elle a passé la ligne 7mn apres le coup de feu (contre 3 pour moi).
Je m aperçois vite ce qu elle entend par rapide : 4mn50 alors que la veille elle m annoncait 5mn15 et que 5mn passait difficilement a l entrainement.
Impossible de la raisonner malgre mais nombreux avertissements.
Je la laisse gerer avec l'angoisse de la voir se fracasser contre le mur..et moi, que le manque de foncier se paye a cette allure.
Evidemment a ce rythme on a vite fait de doubler et rattraper les lommois.

Quel rythme! Elle depasse les coureurs sans discontinuer. Je vis vraimeng un marathon atypique et je suis aux anges.
On double des lommois a la rue... et je propose a chaque fois une photo avec Meli pour 1euro.
Ca fait pas tjrs rire mais je sens que ca donne la pêche a ma pouliche qui ne ralentie tjrs pas.

Ca passe vite. Tiens, madame reclamme de l assistance. Je dois passer devant MAIS rester a cette allure. Nous sommes tjrs en dessous de 5mn/km.
Place Navonna, on reprend Fatima qui a perdu son homme mais qui ne s'en est pas aperçu.
Encore une qui se prend la claque Melissa.
On connait un peu la fin de parcours pour lavoir emprunté e un peu la veille.
Melissa commence a faire la grimace... il est temps.
Place populo, place d Espagne. Je film tout cela pour lui faire un super souvenir pour cette sourse incroyable qu'elle fait.
C'est le finish. Je redouble d'encouragements. 200m...putain c'est pas vrai... Fatima est revenue sur nous. Quelle gonzesse ! Ca ne m'étonne qu'à moitié. Je l'ai aidé a phalempin : elle a des ressources de folie.

Elle prend la main de Melissa et à elled 2 m'offrent le plus beau moment de ma vie de sportif.
Bravo les filles. Vous etes des championnes.
Je vous invite a visionner la video sur picasa...ca vaut le detour.
La ligne est passee... elles sont exténuées mais ravies. ...et moi donc.

Place a la fête.

Week end réussi grace a toutes et tous.

Il faut desormais passer a autre chose... c'est dur !
_____________________________________________________________________
La liberté c'est l'enfer, quand elle tombe sur un coeur prisonnier. Renaud.

Avatar de l’utilisateur
donquichotte
Messages : 396
Enregistré le : mer. sept. 16, 2009 6:40 pm

Re: MARATHON DE ROME 2014 : VINI, VIDI, VICI

Messagepar donquichotte » lun. mars 31, 2014 9:59 am

A mon tour de vous faire un récit de notre week-end rapide sur Rome.

Ce marathon était pour nous l’occasion de vous revoir et de passer un bon moment en votre présence autour de cette course dans cette belle ville.
J’appréhendais énormément ce marathon dans la mesure où j’ai fini Nice/Cannes dans des conditions assez difficiles. Je me suis beaucoup entraînée avec Bruno en faisant un maximum de spé marathon. Je pense que ce mode de préparation me convient bien.

Départ donc samedi matin, direction Genève pour un vol à 12h30, nous arrivons vers 13h40. Ensuite bus et métro et nous nous dirigeons vers le retrait des dossards. Une file d’attente très longue mais ça va on n’attend pas trop.

Le soir on retrouve les amis à l’hôtel avec comme accueil Jef en caleçon… Restau avec le groupe, super sympa de partager ce moment avec vous. On se retrouve plongé dans l’ambiance du club et ça c’est super car ça nous manque beaucoup.

Nous nous levons plutôt en forme et direction au point de rendez-vous avec Mélissa, peine perdue on ne peut pas passer.
On se dirige donc vers le départ où l’on rencontre quelques lommois, (quelques encouragements) : allez on lâche rien, la France vous regarde !
Une douche et le départ est donné, on slalome entre les coureurs pour rattraper le retard. Mon lièvre du jour me donne le rythme, les conseils pour vivre au mieux cette course. Nous rattrapons notre retard vers le 10 èmes il me semble, mais pour moi les sensations sont mauvaises. Je commence à avoir mal aux jambes, j’ai des points sur le côté gauche qui font leur apparition, j’ai du mal à prendre mes gels… Il y a mieux comme sensations et je suis déjà en train de me dire que mon objectif de 3h45 va être difficile à réaliser. Je m’accroche et suis la foulée de Bruno qui heureusement est là pour m’aider à rester dans le rythme, me soutenir et s’occuper de mes ravitaillements.

On croise Jef qui court quelques kilomètres avec nous. Vous n’avez pas vu Mélissa ? Non, on a bien regardé et point de Mélissa. Elle doit être derrière. On a par la même occasion des explications culturelles sur les monuments que l’on traverse, un vrai guide. Jef nous laisse et l’attend.

Vers le 20 èmes à peu près, ça va mieux, j’ai l’impression que mon corps est prêt pour la course, moralement ça va mieux, je reste dans ma bulle et me concentre.
La foulée est régulière jusqu’au 35 èmes et on est toujours dans les temps pour faire 3h45. Plus que 7 kilomètres, allez c’est presque la fin. Un groupe de françaises nous dépassent, je les accroche. Je cours à leur côté sur 1 km à peu près et là bizarrement je ne sais pas ce qui se passe mais je commence à accélérer, la foulée est bonne, je décide de garder la vitesse.

J’entends allez Fatima, Jef et Mélissa me dépasse (je ne sais plus à quel kilomètre c’était, 39 èmes ?). Jef me dit tu n’es plus avec Bruno ? Je ne m’en étais pas aperçue car je pensais qu’il était derrière moi. J’étais tellement concentrée sur ma course que je ne faisais plus attention au reste .J’essaie de les accrocher mais je n’arrive pas à les suivre. Mélissa m’épate, je la trouve légère, et à une belle foulée. Impossible quant à moi de les encourager, je suis cuite et n’arrive pas à prononcer le moindre mot.

J’arrive au 41 èmes, ouf ! La libération et le soulagement sont proches, allez encore un petit effort ce n’est pas le moment de craquer. J’entends de nouveau, allez Fatima ! Je regarde le public et je vois Christine (un grand merci à toi car tu m’as permis de gagner quelques secondes et la chance de finir avec Mélissa) qui me crie : Allez, c’est la fin et c’est que de la descente jusqu’à l’arrivée ! Et là de nouveau un déclic, mes jambes se libèrent, j’allonge la foulée, j’accélère, je donne tout ce qu’il me reste d’énergie, je double énormément de coureurs, ça devient difficile ce rythme à ce stade de la course. J’aperçois à quelques mètres de moi Mélissa et Jef, je redouble d’effort pour les rattraper, je prends la main de Mélissa et on finit ensemble sur 200 mètres je crois cette belle course. On franchit la ligne d’arrivée, ouf, je peux enfin m’écrouler. Quelle course !

5 minutes après, mon lièvre du jour arrive et franchit à son tour la ligne d’arrivée. Il a payé quant à lui à partir du 35èmes le manque d’entraînement mais il n’empêche que c’est grâce à lui que je suis restée dans le rythme que je m’étais imposée. Je pense que sans lièvre je n’aurais pu réaliser ce temps au vu de mes sensations sur la première moitié de la course.

Une deuxième course commence pour nous, notre avion est à 17h30. On se dépêche de rentrer à l'hôtel, on récupère notre valise on se change et on se nettoie avec des lingettes dans les toilettes. On se sent mutuellement ça va on sent bon ! :lol: On essaie de trouver un bus , il est plein le prochain est à 16h10 pas le temps d'attendre. On ne voit pas d'autre bus. On se précipité dans la gare et on prend un train, ouf, il y en a un dans 10 minutes un peu chère mais bon on a pas le choix. Enregistrement des bagages, fouille de ma valise, bizarre pas celle de Bruno alors que l'on a la même chose. La honte c'est un bazarre pas possible dedans, sous-vêtement en pagaille, chaussette trempée, t-shirt de la course qui ne sent pas très bon avec la course évidemment... c'est ma médaille qui avait retenu leur attention, j'ai droit au félicitation et on repart. Pause de 20 minutes pour manger un sandwich et direction l'avion, enfin repos pour 1 heure où l'on dort durant le trajet. :)


Bravo à tous pour votre marathon :clap: :clap: :clap: , bravo à Mélissa qui à fait une course absolument exceptionnelle :clap: :clap: :clap: :1st: Merci à tous pour vos encouragements, pour les photos et merci pour ce beau week-end avec vous ! Trop rapide mais quel bonheur de vous retrouver, le club nous manque !

A très bientôt. :punk: :punk: :punk: :fleurs: :fleurs: :fleurs:
Bruno

Avatar de l’utilisateur
Hugues
Messages : 706
Enregistré le : mar. oct. 07, 2008 10:58 pm
Localisation : Fournes En Weppes

Re: MARATHON DE ROME 2014 : VINI, VIDI, VICI

Messagepar Hugues » sam. avr. 19, 2014 3:14 pm

Avé à tous!

Ci-joint un article publié dans la VDN ce jour sur le marathon. Vous devinerez surement quelques changements de date ou de nom sur cette étape romaine. J'en profite pour remercier Nicolas Fievez pour ses photos et montages. Que de souvenirs en image! et ce n'est pas fini comme dit l'autre...

A bientôt,
Hugues
Fichiers joints
Lomme_ du marathon de Rome...pdf
(634.59 Kio) Téléchargé 149 fois
"Don't dream of winning. Train for it" Mo Farah


Retourner vers « Nos compétitions »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 9 invités