Marathon de Valence

Vos commentaires sur toutes les compétitions de piste et hors stade de l’année.

Modérateur : Groupe des modérateurs

andre_normand
Messages : 494
Enregistré le : dim. nov. 15, 2009 3:30 pm
Contact :

Re: Marathon de Valence

Messagepar andre_normand » mer. nov. 28, 2018 11:59 pm

je vous souhaite un bon séjour et un bon marathon avec le soleil
faites vous plaisir et allez jusqu'au bout
à bientôt avec vos commentaires de chacun de vous
je penserai à vous dimanche matin à 8 heure pour le départ
dédé

Avatar de l’utilisateur
Claire
Messages : 416
Enregistré le : dim. oct. 21, 2007 5:33 pm

Re: Marathon de Valence

Messagepar Claire » jeu. nov. 29, 2018 8:58 pm

Merci Dédé !
N'hésite pas à penser à nous toute la matinée de dimanche!
Départ à 8h40 et arrivée à ... :wink:
A bientôt qu'on te raconte nos aventures !

Claire

Avatar de l’utilisateur
Eric le Yeti
Messages : 282
Enregistré le : dim. févr. 13, 2011 3:27 pm
Localisation : LOMME

Re: Marathon de Valence

Messagepar Eric le Yeti » dim. déc. 02, 2018 10:28 am

Nous pensons à vous, bonne course les amis, profitez à fond de cette belle journée.
Bises à tous.

Avatar de l’utilisateur
Philippe
Messages : 1498
Enregistré le : dim. nov. 14, 2004 11:17 pm
Localisation : Verlinghem

Re: Marathon de Valence

Messagepar Philippe » dim. déc. 02, 2018 1:43 pm

Nous aussi on Va Lens pour un super Urban Trail :BO
Toutes mes pensées à nos marathoniennes et marathoniens. On ne lâche rien et faîtes vous plaisir.
Philippe

Avatar de l’utilisateur
Marion P
Messages : 186
Enregistré le : mer. nov. 14, 2012 11:23 pm

Re: Marathon de Valence

Messagepar Marion P » lun. déc. 03, 2018 11:07 am

Valence.. deuxième et dernier marathon !
L’histoire a commencé il y a un peu plus de 2 mois, quand il a fallu fixer un objectif… Pas simple : rester « raisonnable » ou tenter le défi des moins de 4h ? avec Caro et France on décide de tenter le coup… le semi de St Omer sera un test. Et malgré un manque de confiance terrible, le test est plus que concluant, me reboostant à fond : on va le tenter !
A ce moment la prépa prend qq à coups, des douleurs au pied puis au mollet, la dernière sortie longue loupée, des séances raccourcies. Doutes à nouveau ; changement de tactique 1 semaine avant… Malheureusement on n’aura jamais réussi à faire une sortie à 3, et les douleurs de Caro et France n’aident pas. Alors on décide d’être plus raisonnables. Dernière semaine. Après tout, si j’ai mal ce sera le cas quelle que soit l’allure, alors… allez, je maintiens le plan du début. Courir entre 5’35 et 5’40. Et voir.
Après quelques difficultés pr rejoindre le lieu du départ, nous voilà dans le sas avec Anne So, Delphine, France, Caro et Bertrand. Quel monde ! J’ai beaucoup d’images mais pas de mots.. C’est parti. Les sensations sont moins bonnes qu’à St Omer mais le rythme est là, la douleur au psoas aussi ms je la connais, une vieille copine, on s’entend bien ! Au 3è km je pars devant, comme prévue, seule. Les kms passent. Encouragements de Delphine, de Cyr David lors d’un croisement. 5 km à la fois. Le chrono tient, la chaleur monte ! J’ai soif. Faudra que je pause un peu plus au ravito pour boire. Je me mets le 25è en tête. Le mollet durcit à nouveau au bout d’1h. 10èkm, boire et s’arroser. 15è, une ambiance de folie ! ouah ! 20è, Delphine à nouveau. Semi, l’allure est toujours bonne mais faut maintenir. Une autre course commence maintenant. L’inconnu.
L’attente du 25è aussi, le ravito, pr pauser un peu. KM25 passé, pas de ravito. Toujours pas. En plein soleil, soif… la fatigue déjà un peu là aussi. Enfin ! Boire, bien boire, du coup marcher… trop marcher ! les jambes sont déjà lourdes, mal au dos, beaucoup de temps perdu, reprise difficile du rythme après.
Heureusement je n’arrive même plus à calculer le nombre de km restants, faut pas, 5 à la fois. On rentre dans la vieille ville, il y a du monde partout ! Je maintiens mais c’est dur, le rythme est hyper irrégulier.. 30è, au bout de la ville, maintenant faut rentrer. Virtuellement je suis encore dans les temps, réellement je sais que c’est loupé. 32è, passage symbolique du mur (une arche est dressée), je crois que j’y suis. Malheureusement. Envie de marcher. Mais je ne repartirais pas. Alors ne rien lâcher, juste courir, maintenir, perdre le moins de temps possible. C’est long. Ravito encore une fois plus loin que prévu. 35è, je suis à la ramasse ! Anso me dépasse, trop contente pr elle ! du coup j’essaie de l’accrocher un peu, pas totalement, je sais qu’elle finira par partir devant mais ça me redonne de l’air. 38è. Ne rien lâcher car c’est sûr, je ne referai pas de marathon : pas capable de passer sous les 4H et aucun plaisir. 40è, Delphine encore, que ça fait du bien ! Enfin, on rentre ds cette Cité des Sciences, 41èkms, les pavés, descente, montée, virage... tapis bleu ouf ! ligne d’arrivée ! 4h05’28, record battu, super heureuse et fière de n’avoir rien lâché ! heureuse pr Anne So qui bat son record, inquiète pour les copines qui n’arrivent pas.. Delphine passe la ligne de son premier marathon, un super temps, mais elle l’a eu dur aussi !
Et faut y aller. C’est peut-être le plus dur, ne pas avoir partagé ces arrivées, ces récits d’après courses, cette fête parce que finalement TOUT LE MONDE l’a fini ! et pourtant dans quelles conditions pour certain(e)s ! quel mental ! qu’est-ce qui vous fait courir ? BRAVO !!! bravo à tous d’être allé au bout, chercher cette putain de médaille qui pèse 3 tonnes, donnée dans un sachet. Mais quelle médaille, quelle victoire !

Vous l’aurez compris, je ne me suis pas éclatée… j’ai « fait le job ». Et pourtant c’est vrai, j’ai ri plus d’une fois, avec les lutins, les poulets, les sosies de Kiss. J’ai plané avec mon skate sur la musique de Retour vers le futur, chassé les fantômes, chanté sur Queen.. (et déliré peut être aussi ?). Allez, pour les copines : je ne suis transformée en montagne, j’ai plongé sous l’eau (je ne vs l’ai pas racontée celle là ;-)), laissé mon égo de côté pour m’atteler à la tâche !!
J’ai couru seule mais pas tant que ça, motivée par la confiance de Maxime, pensant à Caro et sa volonté pr tenir jusqu’au bout, à ses réflexions sur le marathon de Berlin (on a quasi fait la même course je pense ?). Ravie de voir Anne So, espérant Delphine, m’inquiétant pr France et Caro, espérant Maxime en forme et Fred au bout…

Alors ? et bien je vais devoir recourir un marathon…

Mais pas tout de suite !
Modifié en dernier par Marion P le lun. déc. 03, 2018 8:50 pm, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Christine M
Messages : 264
Enregistré le : jeu. janv. 15, 2009 2:20 pm

Re: Marathon de Valence

Messagepar Christine M » mar. déc. 04, 2018 11:07 am

Et de 3 :D mais que c'est dur un marathon !
Dur, mais BEAU, surtout à Valence... parce que - comme le dirait Jacques Brel - chez ces gens là, on n'applaudit pas , Monsieur, on n'applaudit pas, on ACCLAME !! Du début jusqu'a la fin ils vous portent. Ils vous traitent d'"Animo" - après quelques km on comprend que ce n'est pas une insulte mais "Courage ! Courage" ! :) et que dire du final ! 6 km dans un couloir humain, des cris, des sourires, pour toi, les yeux dans les yeux, parce qu'ils sont venus pour t'encourager, toi le Campeone, toi qui court vite, mais aussi toi qui court moins vite, et aussi toi qui court beaucoup moins vite :clap:
Et je peux vous dire que ça marche, un bon coup d'adrénaline, on relève la tête, on leur sourit, on ne faiblit pas (ou presque :wink: ), on les applaudit aussi. Oui, j'avoue, ils sont pour beaucoup dans ce qui est pour moi un bon résultat.
Alors, cette course...
d'abord' une prépa (presque) complète) avec les copains et copines, ce qui permet de nous mettre facilement dans le bon rythme, après un départ mouvementé (ou l'art de trouver comment rentrer dans le SAS). On ne voit pas Maxime ni Nathalie, je démarre avec Cyr David, les filles (Cécile, Claire, Mariame, Maryvonne, Isa) sont juste derrière. Tout va bien..... jusqu'au 21 :roll: :( coup de mou et coup dur pour le moral !. .. heureusement Cyr David est là : Allez Christine, il faut retrouver un 2eme souffle ! On repart mais là c'est dur.... très dur.
Vers le 26eme c'est Cyr David qui bloque. Allez, on y va ! Mais non, mal au ventre, il ne redémarre pas. Je continue toute seule, et au 28 ème, bizarre, ça va mieux, beaucoup mieux même :?: je retrouve Maxime, on court un peu ensemble, mais il s'est trouvé des copines de course, les crampes, et -snif - il les préfère à ma compagnie ! Je continue, dans une ambiance de fou, régulière même si le rythme est plus lent. Les km passent, la souffrance est là mais elle est positive et je sais que ça va le faire. Au 32eme, pas de mur pour moi, je regarde ma montre : Allez, ça peut même passer sous les 4.40. Pour Éric je dois le faire ! Je donne un tour de manivelle à la mécanique, me mets en mode zombie et double personnalité : celle qui court et qui souffre, et celle qui sourit à tous ces gens fabuleux. Au 38 ème je divague et vois Caro et France , je ne comprends pas tout de suite qu'elles sont blessées et qu'en warriors elles ont décidé d'aller jusqu'au bout. Respect
900 m..... 800 m...accélérer. ..700 m... Éric mon héros est là, comme d'hab. Il me prend la main... accélérer. ..et cette formidable émotion de franchir avec lui cette ligne d'arrivée dans ce décor magnifique :) . 4.37 ! Super ! Fatiguée, mais tellement heureuse.
Cyr David, énorme merci pour ton aide avant et pendant le marathon, Maxime et les filles, on a passé de bons moments pendant la prépa. Bravo à Delphine la soeur pour son 1er marathon, et bien sûr merci aux organisateurs qui ont trouvé ce beau marathon et l'ont organisé avec talent, nous ayant même trouvé un reporter photographe (merci Delphine :) ) et bravo à Éric pour son temps, pourtant malade des le 4 ème :clap:
Et oui, un marathon, c'est une belle aventure humaine !
Cri-Cri

Avatar de l’utilisateur
bruno365
Messages : 24
Enregistré le : mar. janv. 03, 2012 6:13 pm

Re: Marathon de Valence

Messagepar bruno365 » mar. déc. 04, 2018 9:21 pm

Bruno Marathon Tour – Episode 21

Valence c’était l’objectif de ma saison, un moyen de reprendre une trajectoire positive amorcée l’année dernière à La Rochelle.
Donc après le marathon de Berlin et une fin de course gâchée, j’avais décidé de mettre toutes les chances de mon côté et de suivre scrupuleusement le plan concocté par nos coachs.
Je suis confiant en partant pour Valence même si cela commence à tirer dans les muscles.
Samedi matin – Horreur, je me lève et je sens une douleur en haut de la jambe. T’inquiète pas Bruno, c’est le stress ça va passer. Et bien ça ne passe pas de la journée. Je boite bas pour aller chercher le dossard et ça ne s’améliore pas de la journée. Je masse et remasse et remasse. Bref je ne suis pas bien.
Je prépare mes affaires le soir et me dit que le plus important c’est d’éviter à tout prix la blessure grave car j’ai quand même un marathon en Mars ! Donc pas de folie, le plus important c’est la ligne d’arrivée !
Dimanche matin, départ pour le marathon, petite gène à la jambe mais moins que la veille. Ça va aller !
Le stress pour atteindre le sas prend un peu d’énergie mais je suis content de retrouver Seb à l’entrée du Sas. On a fait les entrainements ensemble donc autant courir ensemble.
On part à notre allure. Les premiers kilomètres s’enchainent bien à une allure constante. Pas trop vite. On est bien. Coup d’œil sur le cardio. Il reste calme, c’est bon signe. On croise Delphine au km5 pour la photo. Ça nous requinque (merci !!!). L’ambiance monte. Les tambours sont présents, et quand il n’y en a pas ce sont les sonos qui fonctionnent à plein tube.
KM 15, je viens de dire à Seb qu’on est bien dans l’allure et d’un seul coup je ne le vois plus à mes côtés. Sa douleur à la jambe a dû le rattraper. Je vais donc finir seul. Je passe le semi en 1h51. Un poil plus rapide que l’objectif mais comme la chaleur monte je crains la défaillance (je déteste la chaleur !!!
Et à partir du kilomètre 23 on bascule dans la folie ! On amorce un retour vers la zone d’arrivée avant de faire une boucle dans la vieille ville. Et c’est le feu !! Une ambiance digne des marathons anglo-saxons. Des spectateurs hyper présents et très chaleureux. Un plaisir de courir pour eux ! Il t’encourage, crie ton prénom, ça donne une énergie de dingue !
Le point de bascule va arriver au km 26. Dans la ville. On ne peut pas demander aux touristes de s’arrêter de vivre parce que 22000 coureurs ont investi la ville. Et bien si il faudrait ! cela aurait permis d’éviter que 2 japonaise traversent la rue juste devant moi avec leur 2 énormes valises ! Je suis donc obligé de ralentir subitement pour ne pas m’étaler et je sens une douleur me vriller le haut de la jambe. Je hurle tant sur les pauvres japonaises que de douleur !
Je me remets dans le rythme mais je sens que cela tire. Je décide de ralentir pour éviter la blessure. Arrivé au km 32 ça siffle, mon cardio explose bref je décide de marcher pour faire un point sur ma stratégie de course. 2 solutions : soit je me relance soit je finis au cardio. Et les souvenirs de mes précédents marathons me reviennent. Des kilomètres en mode zombie sans plaisir ni panache ! je décide donc de rendre finir en mode plaisir en faisant abstraction du temps mais en profitant de l’énergie de la ville et des spectateurs ! Je repars donc plus tranquillement sans regarder l’allure. Je souris aux spectateurs qui m’interpellent, je tape dans les mains des enfants, je marche au ravito. Bref, je me sens bien, comme cela ne m’était pas arrivé de puis très très longtemps sur les derniers kilomètres d’un marathon.
Je me crois au Tour de France, Des spectateurs partout, du bruit partout, de la musique partout. J’avais pris ma musique mais ça ne sert à rien, la musique est tout le temps-là, l’ambiance est tout le temps présente ! ANIMO !!!
KM 36, je rattrape Fred qui marche sur le bord de la route. Je suis surpris de le voir là car avec sa contracture c’est un exploit d’arriver à ce niveau ! Plus de jus il me dit. Je vais finir en marchant. Je continue sur mon rythme en le laissant. Mais au km 40 alors que je marchais un peu pour faire descendre mon cardio, je le vois me redépasser., je me remets donc à courir pour le rattraper mais ensuite il ne tient pas mon rythme. Et c’est à 800m de l’arrivée que je l’entends arriver à mes côtés. On finit ensemble on se dit ! OUI !! Super moment ! On sait qu’on va arriver au bout. On sait qu’on va enfin courir sur l’eau, faire les plus beaux 200 derniers mètres d’un marathon.
Les photographes immortaliseront mon Ninja Kick ! Un plaisir de le faire celui-là car j’étais heureux, heureux d’en finir, heureux d’arriver dans cet état malgré la chaleur, heureux d’avoir fait mon record depuis 7 marathons, heureux de courir dans cette ville avec ce public.
Valence passe dans mon top 5 ! Le premier non anglo-saxon !
Valencia – Cuidad del Running ? Non c’est la Cuidad del Marathon !
Quelle ambiance – Quelle folie et Quel Finish !

Encore un grand merci aux organisateurs ! Une organisation VIP ! Et un énorme bisou à ma warrior de choc, Caroline, qui termine en mode Robocop !
Modifié en dernier par bruno365 le mar. déc. 04, 2018 10:22 pm, modifié 1 fois.
Pain is temporary, Pride is forever !

Avatar de l’utilisateur
Claire
Messages : 416
Enregistré le : dim. oct. 21, 2007 5:33 pm

Re: Marathon de Valence

Messagepar Claire » mar. déc. 04, 2018 9:27 pm

ánimo

Waou les amis, quel week-end !
Le soleil, Valencia, la paella, la cerveza, la Calle Eugenia Vines, les portes de salle de bain qui refusent de se rouvrir, les copines et les copains, les massages, les tape de toutes les couleurs, les doutes, les rires, les sourires, les grimaces parfois, les bus qui ne passent jamais, les kms à arpenter la ville la veille de courir (tout ce qu'il ne faut pas faire !), la lumière du sud, la mer, la plage, les palmiers ...
Et le Marathon.
Mon 20ème (j'ai du recompter les médailles pour être sûre !), et ça me vaut un beau cadeau la veille de la course. Pour ceux qui n'étaient pas là, je vous réserve la surprise. :wink:
A mon tour de vous livrer mon petit récit de course. En fait, ça va aller assez vite. Déjà, faut se rappeler que je ne me mettais pas beaucoup de pression. Finir, en bon état, avec le sourire et si possible autour de 4h45. Ce dernier point, c'est raté. Mais n'anticipons pas trop !
Donc le départ commence par une longue attente à l'arrêt de bus, pour finalement y aller à pied. 4kms c'est pas grand chose, mais quand on sait ce qui suit, on a quand même un doute. Dépose du sac sans problème et en route vers notre sas, avec toute notre petite bande d'entraînement : Maxime, Cyr-David, Cécile, Christine, Mariame, Isabelle, Nathalie, Maryvonne... Dans la bagarre de l'accès au sas, on aperçoit Marion, Delphine, France, AnneSo ... Les autres sont déjà partis. Nous aussi on finira par partir, vers 9h. Oubliés les bousculades et les petits coups de stress. C'est lancé, et c'est beau !
Les kms passent au rythme prévu, avec juste quelques arrêts dans les buissons :wink: Musiques, animations, publics, encouragements - ánimo ! - ambiance, soleil, monuments ... Jusqu'au 22ème, ça va ... et puis, sans vraiment que ça aille moins bien, ... ça va plus vraiment. Impossible de tenir le rythme, pourtant très raisonnable. Douleur sous le pied, crispation des mollets, raidissement des jambes ... La routine d'un marathon, quoi ! Les copines sont loin devant et me voilà donc seule. Enfin, seule, c'est une façon de parler. Il reste du monde tout autour de moi, ça discute, ça papote. Batucada, djembe, DJ, sono hurlante, déguisements ... C'est la fête et j'en profite à fond ! M'en fout du temps qui passe et du chrono qui file ! Il est superbe ce marathon et j'ai le sourire. Plein de gens sur les côtés, des enfants, des mains, des cris ... Et voilà le km 40, 41, 900m ... et cette arrivée sur l'eau, extraordinaire ! 5h13 ! Pffff ... Déçue ? Même pas !
Je suis ravie, c'est un beau 20ème, sans doute le dernier sur route. Et c'est inoubliable !
Merci à tous nos supers organisateur-trices ! France, Fred, Delphine, Marion, vous avez fait un travail superbe, avec bonne humeur et une patience à toute épreuve !
Merci Delphine pour ta présence (si précieuse) sur le parcours !
Merci à tous pour tous ces bons moments partagés, les balades, les rigolades ...
Bravo aussi : on est tous finishers, malgré les blessures sévères. Salut spécial à Caro et France pour leur courage.
Bravo à notre nouvelle marathonienne Delphine, bravo aux nouveaux records perso et à tous vos efforts.
C'était vraiment chouette !

Claire
Escargote obstinée, bien sûr ! :)

Avatar de l’utilisateur
anne-so
Messages : 307
Enregistré le : sam. oct. 20, 2007 6:28 pm
Localisation : lille
Contact :

Re: Marathon de Valence

Messagepar anne-so » mar. déc. 04, 2018 11:38 pm

Après tous ces récits à moi de me lancer...
La prépa s'était bien passée, on avait calé notre allure avec Delphine B : objectif 4h05. On a eu du bol : pas de casse dans la prépa et on arrivait assez facilement à se caler à cette allure...
Seul soucis : on bosse pour l'éducation nationale...vous savez ceux qui sont toujours en vacances...mais qui peuvent pas choisir quand... :wink:
Du coup, nous voilà obligées de partir en décalé. Je passe donc chercher Delphine vendredi soir après l'école et nous voilà parties ensemble pour Bruxelles. Pas de gilet jaune, pas de bouchon, magnifique, nous arrivons donc dans la nuit à l'appart à Valence.
On enchaine sur un samedi super sympa sous le soleil : découverte du lieu du départ et d'arrivée, récupération des dossards, paella party super bien organisée et aprem tranquille sur la plage (un 1er décembre en maillot de bain c'est sympa quand même) et pasta party pour finir la journée avec les copains à l'appart. Tout ça dans la bonne humeur.
Nous voilà donc dimanche matin, prets à partir pour en découdre avec ce fameux marathon... J'avoue que le non-passage du bus a été un peu stressant mais finalement ces quelques kilomètres à pied nous ont permis de nous échauffer tranquillement. Une fois les affaires déposées, notre petit groupe se retrouve dans le sas : France, Delphine, Marion, Caro et Bertrand ! On a tous hâte de se mettre en route même si on sent bien que l'on stresse tous un peu devant cette distance.
C'est parti ! Sur les premiers km c'est un peu compliqué de trouver sa place mais le rythme est là. Bertrand part rapidement en tête suivi de Marion.
Avec Delphine, on a décidé de tester une "stratégie de course" proposée par un club de Valence qui nous semblait réaliste : on doit partir quelques secondes plus vite au début pour nous permettre de ralentir sur la fin de la course sans trop culpabiliser. France et Caro courent également avec nous suite à leurs problèmes de pied/jambe.
Un premier passage sous l'appareil de Delphine au 5ème, c'est chouette de la voir sur le parcours. L'ambiance est super chouette : il y a des groupes de musique partout, des enceintes, des gens costumés/déguisés et une foule qui n'arrête pas de nous encourager ! C'est génial !
Un peu avant le semi, Delphine et France ont les jambes très lourdes et cela devient compliqué. Caro n'est pas au mieux non plus..
Pour ma part, cela ne va pas trop mal du coup je me dis que je peux essayer de tenir le rythme fixé, même si toute seule c'est quand même bien moins sympa.. Objectif : le 27ème kilo en gardant l'allure prévue avant de pouvoir ralentir. Il fait vraiment très chaud et il faut sans cesse s'arroser pour ne pas être en sur-chauffe. On entre dans la vieille ville c'est vraiment sympa et il y a encore plus de monde pour nous encourager, c'est top ! Je maintiens donc jusqu'au 27ème. Nouvel objectif, le 35ème... Je peux baisser un peu le rythme mais c'est souvent la partie où je suis dans le dur donc j'appréhende un peu... Mais ça passe plutôt bien, 1km à la fois...Voilà déjà le 30ème..un peu la tête qui tourne quand même, faudrait peut être que je mange...j'avais un peu zappé cette étape...mais ça repars tranquille après un petit gel caramel au beurre salé :D ça change de goût. Dernière étape à gérer 35-42 km...je peux relâcher encore un peu, j'ai réussi à garder le rythme jusque là. On est toujours en ville, y a plein de monde et je me retrouve tout à coup derrière Marion. Elle a l'air d'avoir bien chaud. J'espère qu'elle va pouvoir repartir avec moi. Je continue à avancer... Voilà Seb maintenant...on approche du but...garder l'allure, garder l'allure, je n'ai plus que ça en tête... nous voilà à l'entrée du palais des arts, une belle descente, ça fait mal aux jambes ! une gamelle évitée de justesse à l'entrée du tapis bleu...je suis pas sure que j'aurai pu me relever...et cette ligne d'arrivée magique et magnifique...plein d'encouragements, une dernière ligne droite et c'est fait ! 4h04'30'' ! record battu, je suis trop contente !
Marion arrive quelque temps après puis Seb et Delphine. On retrouve Fred et Bertrand. Au fur et à mesure tout le monde arrive. On est tous allés au bout c'est ça le principal ! Personne n'a lâché après ces 2 mois d'entrainement intensif. C'est top !
Seul bémol c'est qu'il va falloir rentrer vite fait car on a juste une heure pour se doucher vite fait et retourner à l'aéroport. Heureusement qu'on repart à 3 mais c'est quand même dommage de ne pas profiter de l'après marathon tous ensemble...
Mais bon, cela restera encore une belle expérience avec vous tous entre les entrainements et la course finale à Valence, ville magnifique sous le soleil et avec un public de dingues ! Merci à tous pour l'organisation, c'était top !

Caro
Messages : 16
Enregistré le : mar. nov. 11, 2014 1:01 am

Re: Marathon de Valence

Messagepar Caro » mer. déc. 05, 2018 12:17 am

Après ma blessure dès le début de l’entrainement pour Porto, le marathon de Valence avec les copains me tenait vraiment à cœur. Malgré tout, il y avait une petite voix dans ma tête qui me disait que cela faisait peut-être un peu beaucoup après le Mont-Blanc en Juillet et Berlin en Septembre…
Cette petite voix n’avait pas tort mais je suis malgré tout contente de ne pas l’avoir écoutée et d’avoir pris le départ !

J’ai laissé passer 15 jours après Berlin et ai démarré l’entrainement début Octobre…toute seule à Aix la semaine pour coller au plan et le WE avec le club. Pas facile de se motiver toute seule sur les séances de VMA dans le noir et sous la pluie (et oui, il a pas mal plu à Aix en Octobre!!). J’étais motivée par les appels de Marion. On partageait à distance les allures, les sensations, les doutes…
Tout se passait plutôt bien jusqu’à la sortie longue à Wambrechies, 3 semaines avant le jour J. Les douleurs sont arrivées sur la dernière ½ heure de l’allure marathon. Mal dans le dos, la fesse, l’aine et le genou. Gros coup au moral. Je comprends assez rapidement que la douleur risque de s’installer durablement.
J’enchaine les RDV : osthéo, radio, écho (merci Magid et Estelle pour avoir trouvé des RDV aussi vite) et séances de kiné. Les douleurs diminuent mais je ne suis pas capable de courir plus de 20/25 min sans les réveiller.
Je fais une dernière tentative lors de la dernière sortie longue mais suis obligée de couper la séance en 2 pour aller jusqu’au bout. A ce stade, j’hésite… dois-je prendre le départ et risquer d’aggraver la blessure ou dois-je abandonner ??
Si je prends le départ, je serai obligée de revoir l’objectif à la baisse. Un crêve-cœur.. surtout quand je pense à toutes les discussions avec France et Marion pour les convaincre de partir toutes les 3 à 5’35 au kilo. Je me demande où est l’intérêt de faire ce marathon si je ne peux pas le partager avec les filles ?
Pas envie non plus de revivre un échec et cela me pend quand même au bout du nez si je décide de prendre le départ… Bref, je change d’avis quasi tous les jours jusqu’au départ !

Je ne suis malheureusement pas la seule blessée et toutes ces péripéties m’amènent à prendre le départ avec France, Marion, Delphine et Anne-So à une allure autour de 5’45.
Est-ce que ces 10s d’allure me permettront de tenir jusqu’au bout ? J’en doute mais il faut tenter le coup. Hors de question de ne pas partir avec elles et de courir seule. Comme prévu, Marion part devant. Elle est prête mentalement et physiquement pour aller chercher son record. Elle va y arriver. De mon côté, j’ai du mal à caler exactement mon allure sur les filles. Je suis là tout prêt mais sans être tout à fait à côté. Je tourne la tête tout le temps, j’ai peur d’être seule… Delphine nous attend au 4ème, c’est chouette, ça me donne le sourire. Et puis au 5ème kilo, la douleur arrive tout doucement, sournoisement. Je suis les conseils de Marion : je dilue, je diffuse, je suis la montagne, j’essaie de me distraire bref j’essaie de l’oublier. Ca fonctionne plus ou moins. Sur la longue ligne droite, j’essaie de trouver les copains dans l’autre sens pour penser à autre chose. Je cherche mon chéri pour trouver du réconfort. Je ne veux pas non plus l’exprimer à haute voix parce que je ne veux pas faire peser ce sentiment négatif sur les filles. Mais à un moment donné, je n’arrive plus à le contenir et le dis à demi-mots…pas très fort, comme si je n’osais pas, de peur aussi d’en faire une réalité irréversible..

Vers le 15ème, je commence à douter de plus en plus et me motive pour atteindre à minima le semi. Ce serait une maigre consolation mais quand même une consolation. Vers le 19eme je crois, je décroche un peu et les filles commencent à s’éloigner…30m…Si je les lâche si tôt, c’est foutu, je ne tiendrai pas. Dans un élan de courage, j’accélère et les rattrape…je souffle…je suis un peu rassurée… Cela n’aura duré que quelques centaines de mètres car l’accélération a encore accentué la douleur. Je vois mes 3 petits maillots jaunes s’éloigner progressivement mais je continue à les voir. Je ne les lâche pas du regard. Je commence à percevoir au loin les douleurs de France mais arrive le moment où je ne vois plus personne et le doute s’installe encore plus…D’autant plus qu’à ce moment-là, je suis tout prêt de l’arrivée. Ce serait tellement plus facile de m’arrêter là et d’aller chercher mon sac à la consigne. Je tergiverse pendant 1km. Je me rappelle les conversations de la veille et puis le message de Jeff le matin du marathon…alors je continue. La peur des regrets est plus forte que la douleur. Une fois la décision prise, je me rends compte qu’il va falloir refaire un semi dans des conditions bien plus délicates que le 1er. Ca me donne le vertige. J’arrête vite ce mode de pensée et me fixe un nouvel objectif : non pas faire 21km mais continuer à courir jusqu’au 25…C’est déjà plus réalisable. On verra bien après…
Au 25ème, France est là. C’est elle qui me voit. Je n’ose même pas imaginer le scénario de ce marathon si elle ne m’avait pas vue et si nous avions fait toutes seules ces 17km, à quelques centaines de mètres d’intervalle.
Sa présence me fait un bien fou et je vois bien que c’est réciproque. Savoir que j’apporte du réconfort me redonne de l’énergie. On se motive toutes les 2. On alterne marche et course et on parvient à franchir le cap des 30km en 3 heures. Avec du recul, je me dis que c’est pas si mal vu notre état. Mais les choses ne font qu’empirer. Relancer la machine après la marche devient de plus en plus douloureux. J’ai l’impression que mes jambes vont se dérober. Au 33ème, je propose à France de courir jusqu’au 34ème…même ce km, on n’arrivera pas à le tenir. Une longue marche commence jusqu’au 42ème km. Même si on a mis le chrono de côté depuis un bon moment, on fait un rapide calcul…on devrait pouvoir y arriver en 4h45 environ. On essaie de se remonter le moral en plaisantant. Je fais promettre à France de me rouler jusqu’à la ligne si je ne peux plus marcher… France rêve d’un coca, moi de cacahuètes. Le mal de crâne commence à s’installer. Ca me paraît interminable.
J’ai conscience qu’il y a une ambiance de tonnerre autour de nous mais je baisse la tête. Ce qui fait que je n’ai pas vraiment de souvenirs visuels de cette dernière partie. C’est dommage.
Nathalie puis ensuite Christine nous dépassent et prennent de nos nouvelles. Ca réchauffe le cœur mais les voir courir et s’éloigner nous ramène à notre triste sort.
Au 40ème, Delphine est là. Je vois dans ses yeux qu’elle comprend notre douleur. Heureusement, elle nous donne à manger. Un kitkat, et ça repart…mais toujours en marchant.
Enfin, on arrive sur le tapis bleu. On attend la ligne droite pour trottiner et franchir la ligne avec un semblant de dignité, main dans la main. Un moment fort… Ca y est, c’est enfin fini. Je veux imprimer ce moment dans ma mémoire et le faire durer plus longtemps mais on nous demande d’avancer. Anne-So est là derrière les grilles et c’est là que les yeux s’embrument…

Malgré tout, je suis contente. Contente d’avoir pris le départ, contente d’avoir dépassé la douleur, contente d’avoir partagé ce moment avec France. Finalement, ce n’est pas une victoire personnelle mais plutôt une victoire d'équipe.
Moi qui recherche les émotions, j’ai été servie !
Heureuse aussi pour Bruno qui finit l’année en beauté (faut peut-être que tu arrêtes de courir avec moi, mon chéri :wink: )

Merci France, Fred , Delphine et Marion pour l’orga. C’était top. On a passé un super WE dans un cadre on ne peut plus agréable.
Delphine, ta présence le long du parcours a été une vraie source d’énergie. Merci pour tes encouragements et ton soutien.

Alors, on remet ça quand ?
D''ici là, place au repos, aux apéros (vive les calendriers de l'avent :biére: ) et à la fête !!

Avatar de l’utilisateur
stephen H
Messages : 639
Enregistré le : jeu. oct. 04, 2007 1:59 pm

Re: Marathon de Valence

Messagepar stephen H » mer. déc. 05, 2018 8:14 am

Bravo les Lommois :clap:

Au plaisir de vous croiser bientôt j’espère :biére:
Tough times don't last but tough people do. - A.C. Green

Bertrand
Messages : 22
Enregistré le : mar. déc. 08, 2015 1:18 am

Re: Marathon de Valence

Messagepar Bertrand » mer. déc. 05, 2018 11:05 pm

Hello,
Merci pour vos récits :)
A mon tour de vous raconter mon ressenti en buvant ma bière du calendrier de l'avent :D
Pour commencer les mercis :
- merci aux organisateurs/trices : tout votre travail fait que je voyage en mode "paquet" en n'ayant à gérer que ma petite personne et ma course
- merci à notre photographe / supportrice / informatrice : te voir 3 fois sur le parcours (surtout au 20) m'a sérieusement aidé à ne pas lâcher
- merci aux infirmières/herboristes qui avec leurs huiles m'ont permis d'être guéri le jour J
- merci à tous pour la bonne humeur dans le groupe
- et enfin merci à tous les supporters le long de la route, c'est incroyable de vivre une étape du Tour de France en tant que concurrent

Ensuite la colère
- colère contre ce départ : je perd entre 1 mn et 1,30 mn sur les deux premiers km --> je sais que je ne pourrai pas les rattraper
- colère contre ma montre et mon équipement (donc un peu contre moi même) : mon cardio est mal mis et les données sont aberrantes et pire que tout, je cours en me fiant à l'allure indiquée par ma montre... selon cette montre j'ai toujours été un peu plus rapide que mon allure, mais à cause des imprécisions du GPS, je suis plus lent. Quelle déception à l'arrivée ! :evil: je ne sais même pas si j'aurai pu essayer d'aller chercher mon objectif.... Heureusement vous m'avez réconforté en m'indiquant que battre son record et progresser c'est déjà bien... Pour la petite histoire mon marathon mesure 43,5 km

Ma course :
Comme beaucoup, je l'ai eu très dur. Je ne parle même pas de l'avant course (état grippal à 4 jours de la course), pas de bus donc 4 km de marche et de stress et pas d'échauffement. Peut-être que tout ceci explique mes très très mauvaises sensations dès le début de courses (alors que toute ma préparation s'est très bien déroulée).
Je suis dans le sas avec les filles, leur bonne humeur m'aide à contenir mon stress
Un départ complètement raté où je perds beaucoup de temps dans le trafic à slalomer. Dès les 10 premiers km je commence à avoir mal au quadri, ma tendinite se réveille (ou je pense qu'elle se réveille car je n'ai rien aujourd'hui). J'arrive même à avoir deux fois un point de coté au 8ième et au 13ième. Heureusement, je croise une première fois Delphine, ces encouragements font du bien. Les supporters espagnoles m'aident déjà à tenir. Je m'accroche aux indications de ma montre... Tout va bien... Tout va toujours très bien... C'est un trompe l'oeil.
J'ai quand même super mal. Je teste une première fois la bombe à l'emplacement de ma tendinite > aucun effet. Je testerai en placebo sur mes quadri en fin de course.
Au 20ième Delphine est encore là pour encourager et donner des news des copains/copines
Après le 21ième je ralentis un peu et ce jusqu'à la fin mais je reste toujours selon ma montre en dessous de mon allure objectif...
La musique m'aide à tenir : en particulier le passage avec Ska P (à deux reprises) et Madness, le metal :rock: et ACDC (qui doit être l'hymme de ce marathon je pense).
La course avance, la journée aussi, j'ai très chaud, je bois et m'asperge je cherche l'ombre !
Mon allure est beaucoup moins régulières, j'accélère par à-coups chaque fois mon allure décroit...
Les derniers km : les barrières de sécurité, la foule qui encourage, les images du tour de france qui me viennent.
Mentalement je voulais "sprinter" sur l'arrivée bleue : je tente d'accélérer au dernier km... la descente est trop forte, ça fat trop mal au quadri :D j'attends la fin de la descente, j'accélère doucement... c'est très long 800 mètres... enfin la piste bleue... je lance ma carcasse :) je franchis le ligne plein d'espoir et je déchante en voyant ma montre... :twisted:
Je retrouve allongés par terre dans leur couverture de survie Bruno et Fred... Cool ça commence à sentir la bière à plein nez :D
On récupère notre sac, nos clémentines... pas d'hotesses tour de france pour nous remettre nos médailles... Bruno me passe ma médaille autour du coups en me claquant la bise :oops:

Au final, même si je suis déçu et encore en colère, j'ai encore vécu une belle aventure. Merci à tous
Bravo à tous ! Malgré les difficultés, tous Finisher :clap:

Avatar de l’utilisateur
Sabe
Messages : 61
Enregistré le : mar. janv. 20, 2015 12:35 am

Re: Marathon de Valence

Messagepar Sabe » mer. déc. 05, 2018 11:59 pm

Grand bravo à toutes et à tous :afro:

Avatar de l’utilisateur
licorne
Messages : 62
Enregistré le : dim. oct. 23, 2011 4:28 pm

Re: Marathon de Valence

Messagepar licorne » ven. déc. 07, 2018 8:16 pm

Mon 11eme marathon. Le meilleur en terme de sensations, mais aussi mon préféré tant au niveau du lieu (beau choix!) que de l'organisation (la villa donnant sur la mer, ses jolies chambres - même si la mienne était piégée - on a sûrement gagné au change n'est ce pas Fred :humour: les bons restos, le beau temps.. .) Je m'étais préservée pendant les entraînements car ma tendinite à la hanche était toujours présente. Et, ne pas en faire trop a payé. Bien sûr le chrono n'est pas top 4h58 (mais j'ai mis 1h de moins qu'à Lanzarotte où j'avais commencé à marcher à partir du semi ...). Un super marathon tellement bien animo, oups! qu'on ne voit pas les kms défiler et que dire des supporters. Au top !
Nous avons toutes et tous été au bout de nous-même et nous pouvons en être fiers. :1st: Merci aux coachs pour leurs entraînement et aux organisateurs - trices - qui ont fait de ce déplacement une réussite. :clap: Mention spéciale à Delphine qui a couvert l'évènement en n'oubliant personne et toujours avec le sourire. Je mets une photo de mon arrivée pour l'ajouter à l'album éventuellement. Je ne sais pas si c'est encore possible. Biz à tous, bonne récup et à bientôt pour fêter ça.
image.jpg
Arrivée !
(142.96 Kio) Pas encore téléchargé


Retourner vers « Nos compétitions »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité